« L’Oiseau chéri » de Fragonard : Le tableau retrouvé bientôt exposé à Grasse

13 mai 2018 Par
Joanna Wadel
| 0 commentaires

Dernier tableau du peintre Fragonard à avoir refait surface, L’oiseau chéri, qui a déjà rejoint la collection du musée dédié au peintre à Grasse, sera exposé dès le 25 mai.

Retrouvé « par pur hasard » en juin 2017, l’œuvre de l’un des plus grands maîtres de la peinture du XVIIIe siècle, Jean-Honoré Fragonard, sera dévoilée au public le 25 mai prochain. La découverte surprenante de ce tableau, disparu après une vente dans les années 1980, a été faite par Carole Blumenfeld, la commissaire du Musée Fragonard, situé dans sa ville natale de Grasse. Passionnée, la spécialiste qui rêvait de l’accueillir au musée, a confié avoir intuitivement reconnu L’oiseau chéri  malgré l’épaisse couche de vernis qui recouvrait le détail de la toile.

Une fois authentifié, le tableau déniché en Normandie et signé de l’auteur du fameux Verrou, a été remis à la restauratrice Isabelle Leegenhoek pour retouches, afin que la composition redevienne visible. Ironiquement, le premier repeint serait dû à l’artiste lui-même. Selon les dires de Carole Blumenfeld dans une interview accordée à France Inter, après une première version, Fragonard aurait « badigeonné de noir la première toile et recommencé pour peindre L’oiseau chéri  ».

Après six mois de soins minutieux, la peinture a retrouvé son apparence d’origine, laissant voir le sujet ; une femme montrant à l’enfant qu’elle porte dans ses bras, deux colombes en cage. Le drapé de la jeune femme et le visage poupon de son petit protégé baignent dans un clair-obscur rembranesque, marque esthétique de l’artiste, élève de Boucher, également reconnu pour ses sanguines et ses scènes galantes dans des paysages bucoliques.

Représentatif de la dernière période de la carrière de Fragonard, L’oiseau chéri, récemment acquis par la famille Costa, détentrice de la collection du musée, laisse entrevoir un autre registre du maître, connu du grand public pour ses sujets amoureux et sa touche rococo.

Une nouvelle œuvre visible dès le 25 mai dans la capitale du parfum, au Musée Jean-Honoré Fragonard.

Visuel à la Une : Attribution-NonCommercial 2.0 Generic (CC BY-NC 2.0)