Tendances
Versailles remet la mode du XVIIIe siècle au goût du jour

Versailles remet la mode du XVIIIe siècle au goût du jour

07 juillet 2011 | PAR Yaël Hirsch

Alors que Jean-Jacques Aillagon reçoit au Trianon la soirée de clôture des défilés de haute couture Automne-Hiver 2011-2012, vendredi 8 juillet au Trianon, le majestueux nid d’amour du Roi Soleil abrite jusqu’au 9 octobre une exposition qui mêle dans les pièces du Grand Trianon vêtements et accessoires du XVIIe siècle et inspirations de créateurs des XXe et XXe siècles d’après Fragonard et Watteau. Une exposition en partenariat avec le musée Galliera, qui pourquit ses expositions hors les murs (après madame Grès à Maillol) tandis-que le château de Louis XIV persiste et signe dans sa nouvelle orientation vers la création contemporaine. Désormais, le « Versailles Way of life » (JJ Aillagon), c’est Bernard Venet dans les jardins, Kate Moss, une coupe de champagne à la main dans la grande galerie du Trianon, et une robe de Vivienne Westwood dans le boudoir.

Vivienne Westwood © Marcio MADEIRA

Chacune des salles du Grand Trianon semble donc habitée par des vêtements du XVIIIe siècle et des robes de grands créateurs contemporains. Parfois, il est difficile de distinguer ce qui est ancien de ce qui est actuel. C’est ce que les organisateurs de l’exposition appellent « l’effet de miroir ». Et s’amuser à reconnaître l’âge ou la griffe des habits est un jeu fort divertissant. Par exemple, dans le boudoir, à côté d’une robe rose dragée du XVIIIe siècle posée sur un fauteuil et le modèle de robe du soir de la collection » Vive la cocotte » de Vivienne Westwood (automne-hiver 1995-1996).  Cet effet de miroir bat son plein quand l’exposition montre des robes créées par Olivier Theyskens chez Rochas pour le tournage du « Marie-Antoinette » de Sophia Coppola!

 

Mais dans d’autres pièces, comme le salon de musique avec son élégant billard, l’effet de miroir s’estompe un peu et l’on découvre de vraies créations à partir de l’esprit du XVIIIe siècle; celles-ci sont notamment signées Thierry Mugler, et Yohji Yamamoto. Si les corbeilles et le bustiers de robes des précieuses et salonardes ont inspiré le monde de la mode, les habits des hommes ont aussi pu être réinventés pour les femmes contemporaines: ainsi des « Marquis Touaregs » de Jean-Paul Gaultier (printemps-été 1998) placés dans le salon de la Famille de Louis-Philippe. Tout au long de l’exposition, des pancartes grises flèchent le parcours et expliquent ce qu’est une robe « à la française », « à l’anglaise » et quelles sont les pièces caractéristiques du siècle des Lumières qui ont pu être reprises par des couturiers vivants. Et comme la mode ne se limite pas aux habits mais passe également par les accessoires, « Le XVIIIe au goût du jour » présente sous vitrines dans le salon de la famille de l’Empereur des florilèges mélangeant des cannes, des éventails et des souliers du XVIIIe siècle avec des colliers ou des sacs du soir signés Lanvin ou Alexis Mabille.

Une très belle expotion qui mêle les siècles de manière à la fois ludique et didactique.

A noter: Spécialement pour les enfants, Château de Versailles spectacle et Bubblemag ont imaginé un petit livret-jeu autour de l’exposition.

Live Report: Papy Surf Attitude des Beach Boys au Grand Rex le 6/07/2011
Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution – avant-première dans le cadre de la retrospective Cinéastes de notre temps
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “Versailles remet la mode du XVIIIe siècle au goût du jour”

Commentaire(s)

  • Pour ceux qui aiment la mode et le XVIIIe siècle :
    EXPOSITION OBERKAMPF BON TON
    Le dimanche 27 novembre 2011, de 12h à 20h, au Bric à Brac Bar (108 rue Oberkampf, Paris 11e, entre M° Parmentier et Ménilmontant) :
    – La Mesure de l’Excellence présentera des documents faisant resurgir quelques inconcevables petits maîtres (c’est ainsi qu’on appelle les dandys autrefois) de la mode parisienne des XVIIIe et XIXe siècles ;
    – Deux boutiques du quartier Oberkampf, Ancienne Mode et Casablanca, exposeront des vêtements d’époque des années 1900 à 1950.
    Entrée libre
    Plus d’informations sur http://www.lamesure.fr/expo.html

    octobre 25, 2011 at 14 h 17 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *