People
Chloë Sevigny dans « Hit & Miss » : la fin d’une it-girl

Chloë Sevigny dans « Hit & Miss » : la fin d’une it-girl

22 février 2013 | PAR Lucie Droga

Figure phare du cinéma d’auteur des années 90, Chloë Sevigny, après avoir tourné dans « Zodiac », de David Fincher, se montrait surtout dans des courts-métrages. Elle revient, non pas au cinéma, mais sur le petit écran. Dans la série « Hit & Miss » diffusée hier soir sur Canal + à 22h40, elle interprète une tueuse à gage transsexuelle. Un come-back pour le moins inattendu.

Créée par Paul Abbott, qui s’était déjà fait remarqué avec « Shameless, » la série britannique raconte l’histoire de Mia, un transsexuel femme qui s’est fait tueur à gages pour amasser de l’argent et changer de sexe. Il (elle) se retrouve d’un coup avec un gamin sur les bras, fruit d’un amour avec son ancienne petite amie décédée et doit en assumer la garde.

Mia, c’est Chloë Sevigny, ancienne « it-girl » des années 90 qui débute sa carrière cinématographique en 1995 en s’illustrant dans le film très controversé de Larry Clark, Kids. Très vite, elle enchaîne les rôles et devient une actrice incontournable du cinéma indépendant américain. Collaborant aussi bien avec Olivier Assayas, Lars Von Trier, Woody Allen que Mira Nair, elle suscite la polémique en 2003, avec une scène de fellation non simulée dans le film The Brown Bunny de Vincent Gallo. L’année suivante, elle apparaît à l’affiche avec le film de David Fincher, Zodiac, avant de tourner avec Werner Herzog dans My Son, My Son, What Have Ye Done.

Pour son retour sur les petits écrans, elle interprète le rôle d’un transsexuel qui souhaite devenir femme et a donc du porter pour l’occasion un pénis artificiel. Mais plus que l’accessoire, la série « Hit & Miss » propose une réflexion sur le genre et le problème de la féminité dans une identité mouvante. Avec beaucoup de glamour et de classe, Chloë Sevigny semble avoir trouvé son rôle le plus abouti : exit le côté it-girl ; à 38 ans, l’actrice développe tout ce qui fait son charme. Mélancolie extrême, sensibilité à fleur de peau, ambiguité, elle incarne à merveille le mal-être d’un homme piégé dans un corps qu’il ne souhaite pas.

Visuels : capture d’écran de guardian.co.uk

Image à la Une : affiche de « Hit &Miss »

 

Les 10 incontournables du week-end du 22 février
Michael Edwards, le nouvel Immortel
Lucie Droga

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *