Actu
« Cooking with Paris » s’invite pour une première saison chez Netflix

« Cooking with Paris » s’invite pour une première saison chez Netflix

25 août 2021 | PAR Orane Auriau

Faut-il regarder la nouvelle série Netflix menée par Paris Hilton? Une émission culinaire mais pas que : des ondes positives, une série drôle qui nous permet de lâcher prise, bien jouée et menée par la célèbre héritière. 

 

Une idée née sur sa chaîne Youtube

L’aventure Cooking with Paris avait commencé il y a voilà un an : Paris Hilton avait publié des vidéos de tutos de cuisine, déjà titrés du même nom. Aujourd’hui, ces vidéos youtube prennent enfin vie dans cette série Netflix hilarante mais aussi rafraîchissante. Après une première vidéo sur la plateforme de vidéos où on la voit cuisiner des lasagnes parfois avec difficulté ou désordre, les fans en avaient demandé plus. C’est un vœu à présent exaucé. 

Non, ça n’est ni une grande émission de cuisine, ni une série taillée pour les cinéphiles. Paris Hilton nous convie tout simplement à se détendre devant ses courts épisodes (vingt-deux minutes environ), sans prise de tête et pour rire d’un personnage qu’elle surjoue et assume. La série est catégorisée sur Netflix dans la section « Feelgood » et « Lifestyle ». Une recette qui semble fonctionner et prouve que si l’héritière est encore connue sur les écrans, ça n’est pas pour rien. 

 

Une Queen

La première scène est déjà hilarante et donne le ton pour le reste de la saison : elle se met en scène, telle une star, cheveux au vent en train de s’acheter un paquet de céréales. Elle exagère tout, se donnant des airs de riche bourgeoise déphasée avec la réalité. Se faisant filmer en train de déambuler dans un supermarché américain, en robe de princesse et portant un masque brillant.  Bienvenue dans son monde, sa cuisine colorée et pailletée. Oui, les ustensiles de cuisine sont en diamant. Oui, elle rajoute des paillettes comestibles dans bon nombre de ses recettes !

 

Les épisodes

De nombreuses personnalités s’embarquent avec elle dans son émission, parfois inquiets ou la regardant avec inquiétude. Au menu : cuisine de petit-déjeuner avec Kim Kardashian, italienne avec Demi Lovato, sans oublier d’autres amis invités, membres de sa famille ou d’autres recettes. Il y a même un épisode spécialement conçu pour les vegans.

Elle se montre comme une apprentie. Et c’est drôle aussi : car Paris Hilton ne se cache pas de ses grandes maladresses et des erreurs de parcours quand elle cuisine (« C’était un peu la cata en cuisine(…)« ).  Bien que certains ne soient pas pour le commun des mortels -comme lorsqu’elle brûle avec tristesse un ustensile en diamant-. Les épisodes sont agrémentés des commentaires de sa voix grave, posée, et de ses « conseils cuisine » qui font rire. On y reconnaît sa patte, avec l’utilisation de son vocabulaire Hilton (« That’s hot », « Ewww », « Beyond »). 

 

My namesake dish should be like me. Glittery, fun and have a lot going on.” 

– « Le plat qui portera mon nom doit me ressembler. Scintillant, amusant et surprenant. »

Finalement, ce qu’a à nous apprendre Paris Hilton c’est qu’il est important de faire une cuisine qui nous ressemble. Non pas de chercher à impressionner ou à jouer aux chefs professionnels comme elle le dit elle-même, mais bien de s’amuser et de prendre plaisir à créer. On peut s’identifier ou non à elle, mais on suit ce qu’elle fait. Malgré une superficialité prétendue, il y a quelque chose de touchant à la voir s’amuser, recopier des recettes de cuisine dans un livre qu’elle a bricolé. 

On replonge aussi un peu dans l’époque The Simple Life du début des années 2000, la première téléréalité qui l’a fait connaître -et émission de ce type aux Etats-Unis-, où elle surjouait déjà son rôle en mimant les clichés d’une “bimbo riche et blonde”. Se jouant de cette étiquette que les Etats-Unis lui collaient à l’époque, et qu’elle se réapproprie à nouveau dans cette émission culinaire. 

Y aura-t-il une deuxième saison? Certains en redemandent déjà. 

 

 

Crédits visuels ©  : Affiche de la série Cooking with Paris

« Mon maître et mon vainqueur » de François-Henri Désérable : Un rêve étrange et pénétrant
Cinédanse : le tango expérimental de Pascal Baes
Orane Auriau

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture