Mode
Quel avenir pour la mode post-covid 19 ?

Quel avenir pour la mode post-covid 19 ?

09 juin 2020 | PAR Cloe Assire

Alors que la France se déconfine progressivement, la mode a connu bien des tourments, comme la majorité des industries, et notamment le luxe. Mais comment la mode s’est-elle adaptée et quels changements pourraient se pérenniser ?

Le lockdown  a conduit les marques à de nombreuses expérimentations digitales, le MET gala s’est vu annulé, des maisons comme Saint-Laurent et Givenchy ont annoncé leur retrait du calendrier officiel sans même parler des Fashion Weeks décalées dans le monde entier, des magasins fermés, des ateliers mis à contribution pour la fabrication de masques. Une chose est sûre : Marine Serre et sa vison apocalyptique du monde ne pouvait pas voir plus juste, à l’image du défilé Balenciaga en février.

Cette pandémie a certes été un danger sanitaire pour le monde – et continue de l’être – mais nombreux sont ceux à valoriser l’idée que cette période puisse être saisie comme une opportunité d’un point de vue sociétal mais aussi comportemental pour l’industrie de la mode. Conférences et webinars en tout genre se sont multipliés pour répondre à d’ innombrables questionnements. L’Institut Supérieur des Arts Appliquées (LISAA) en est un parfait exemple : le 7 mai à 18h, Caroline Dubois, brand consultant diplômée de l’Institut Français de la Mode (IFM), donnait une conférence virtuelle intitulée « L’après Covid-19, quelles perspectives pour le secteur de la mode et du luxe ? ». Selon elle, notre obsession de plus en plus marquée pour un corps et un esprit sain – passant par un besoin croissant de transparence de la part des marques – ne pourra être que d’autant plus saillant après cette crise. Son deuxième constat renvoie lui aux achats impulsifs de produits à prix dérisoires, alimentant le système de la fast fashion. Cette problématique ne peut que nous remettre en mémoire la notion essentielle d’écoresponsabilité. « Cette crise est l’opportunité pour les marques de se réinventer. Mais sommes-nous prêts ? Sommes-nous prêts à renoncer à nos tentations d’un point de vue du consommateur ? Les marques sont-elles prêtes à une économie raisonnée ? Il faut éduquer le consom’acteur et responsabiliser les marques. Emmanuel Macron expliquait qu’il nous faut retrouver notre propre souveraineté, c’est-à-dire devenir moins dépendant des autres pays. Sommes-nous prêts à payer les choses à leur juste valeur, régis par les lois de travail française pour le Made in France ? » a notamment souligné l’intervenante.

Mais il est surtout essentiel de rappeler que la pandémie n’a pas empêcher la créativité, bien au contraire. Le lancement de la première collection de Charles de Vilmorin en a été la preuve, sa palette éclatante ne pouvait qu’apporter du baume au cœur. Son travail fut notamment mis en avant par Loïc Prigent, par Jean-Charles de Castelbajac mais aussi par des magazines tels que Vogue ou encore Elle montrant donc qu’il fut possible de lancer une marque en plein confinement.

La prochaine Fashion Week parisienne ne sera autre que digitale pour les collections destinées aux Hommes au début du mois de juillet, suscitant un important questionnement sur le public. Les défilés seront-ils accessibles pour tous à la manière de vidéos sur les réseaux sociaux ? Comment continuer à satisfaire une clientèle en quête d’exclusivité ? Mais aussi quel avenir pour les organisateurs de défilés comme Bureau Betak ? Tant de questionnements qui trouveront leur réponse petit à petit, en sachant que Virginie Viard a initié le mouvement en présentant une collection Croisière à partir d’une vidéo nous plongeant dans l’univers de Capri sans y être. De quoi donner de l’espoir pour la suite !

Crédits : ©Arno Senoner

 

 

 

La Quinzaine des Réalisateurs n’aura pas lieu
La 13e semaine de spectacles vivants ( légèrement moins confinés)
Cloe Assire

One thought on “Quel avenir pour la mode post-covid 19 ?”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *