Mode
Charles de Vilmorin : une interview confinée pour une première collection très prometteuse !

Charles de Vilmorin : une interview confinée pour une première collection très prometteuse !

10 mai 2020 | PAR Cloe Assire

A l’heure du déconfinement, le temps et l’industrie de la mode s’apprêtent à reprendre leur cours. Cependant, cette période que nous avons vécu a aussi vu une créativité ininterrompue avec notamment le lancement de créateurs indépendants. C’est le cas de Charles de Vilmorin, jeune et ô combien talentueux,  avec qui nous avons pu échanger sur le lancement de sa première collection.

Pour moi, votre univers m’apparaît empli de surréalisme et de couleurs éclatantes, le tout en lien avec un tracé qui me rappelle celui d’Egon Schiele. Cela a-t-il été une inspiration pour vous ?

J’aime beaucoup le travail d’Egon Schiele, il est vrai que j’ai toujours été attiré par l’étrange, le surréalisme, le dérangeant. La monstruosité sous toutes ses formes a une réelle place dans mes dessins et dans le volume de mes vêtements. J’aime quand une silhouette impressionne, fait peur de part son attitude, son maquillage, ses vêtements…

Et vous, comment définiriez-vous votre univers et ses influences ?

Je dirais que mon univers est coloré, onirique. J’aime imaginer une silhouette en partant d’une musique, d’un film. Je suis très attaché à l’attitude et au mouvement d’un vêtement. Mes influences et inspirations viennent énormément de mes proches et amis, de leur manière d’être au delà de leur style vestimentaire.

Pourriez-vous nous parler de votre parcours ? De la naissance de votre intérêt pour la mode en passant par la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne et vos premières expériences ?

J’ai été passionné par l’art et le vêtement très jeune, j’ai toujours su que je voulais faire ça. J’ai eu la chance de grandir dans une famille où la couleur et la poésie étaient très présentes. J’ai effectivement fait 4 ans à l’Ecole de la Chambre Syndicale juste après mon bac, ces 4 ans m’ont permis de m’affirmer et de vraiment définir mon style et ce que je voulais faire, ça a été très bénéfique !

Styliste, photographe, illustrateur, vos activités dans le secteur de la mode semblent infinies. Comment partagez-vous votre temps et quelle est celle à laquelle vous donnez le plus d’importance ?

Pour moi ces 3 activités sont indissociables, le dessin est la base de tout, le vêtement est l’endroit où j’expérimente le plus et la photo me permet de concrétiser mes idées et de plonger mes vêtements dans mon univers. J’aime autant les 3 même si je pense que c’est dans la création de vêtements que je m’exprime le plus.


Qu’est ce qui vous a conduit à lancer votre première ligne de vêtements ? Pourriez-vous nous parler de votre démarche artistique pour cette ligne de vestes et manteaux ?

J’ai toujours eu envie de créer ma propre marque, j’ai eu cette opportunité cette année et j’en ai bien évidemment profité, c’est un risque que je rêvais de prendre depuis longtemps. Ma première collection au sein de cette marque est effectivement une gamme de vestes, j’avais envie de sortir quelque chose d’impactant et accessible visuellement et de reconnaissable. Après avoir passé 4 ans à devoir expliquer mes pièces et à chercher à impressionner au sein d’une école j’avais besoin de sortir de ça avec un message simple, ces vestes sont une ode à l’amour et à la tolérance, une explosion de couleurs qui je l’espère rend heureux.

Après avoir proposé des masques qui ont rencontré un vif succès, vous lancez votre marque en plein confinement. Pourquoi le faire dans un tel contexte ? Et comment le confinement a-t-il influencé ce lancement ?

La marque devait sortir bien avant le confinement seulement je sentais que ce n’était pas le moment, la sortir en cette fin de confinement est un moyen de penser à autre chose, je voulais apporter du baume au cœur. Le confinement n’a pas vraiment influencé le lancement, il m’a plutôt permis de peaufiner les derniers détails et de vraiment réfléchir à tête reposée à ce que je voulais faire par la suite.

Quels sont vos objectifs à court et long terme ?

Mes objectifs sont de me donner les moyens de créer encore et toujours, de repousser mes limites, expérimenter au sein de ma marque, m’exprimer, oser et surtout m’amuser et faire rêver les autres à travers mes vêtements.

Votre plus grand rêve ?

Mon plus grand rêve serait tout simplement d’être heureux et épanoui dans mon travail, et de continuer à créer toujours plus et toujours mieux !

https://www.charlesdevilmorin.fr/

Crédits : Charles de Vilmorin

The White Buffalo, « On the Widow’s Walk » : le fantôme de John Prine rôde sur ce nouvel album !
La playlist du recommencement
Cloe Assire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *