Musique

La playlist du recommencement

La playlist du recommencement

10 mai 2020 | PAR Antoine Couder

Cette semaine Romane Santarelli, Grand Parc, Cabane, Prudence et Deep Throat choir.

Water Moon Pattern — Romane Santarelli

D’une pseudo faille spatio-temporelle que les gogos semblent apercevoir de (très) loin, on se contentera ici d’un mouvement simple de relecture de l’art du surf, d’une intime proximité avec la vague et cette façon de tenir debout, fort d’un bel arrangement à la serpette.

 

Camille — Deep Throat choir

De l’océan, on passe en forêt avec cette «?enfance du compost?» dont est extrait ce premier single du chœur éco-féministe qui n’avait pas donné signe de vie depuis trois ans, en fin deux si l’on compte cette collaboration pas toujours convaincante avec Simian Mobile Disco et dont le but avoué était de fondre les voix avec les synthétiseurs.

 

Take me home (part.2) — Cabane

Sans doute le plus beau single de la semaine, élan lointain de la poésie du confinement dont on croit discerner de loin en loin la lente extinction. Ici Kate Stable (This is the kit) croise Bonnie Prince Billy pour enchanter les compositions de Thomas Jean Henri. Tout en douceur.

 

Passion fruit — Prudence

Un interlude, une chouette cover de réarrangée dans sa vibration féminine, tendrement incantatoire Drake par l’ex The Dø. On est sur une boucle de Moodymann du coup pas trop de souci pour le groove avec un Drake qui se livre au premier outrage d’une pop qui sans ça, se noierait dans le sirop. On butine l’accord tonique avant l’entrée en scène de la belle Olivia Merilahti.

J’ai vu la ville — Grand Parc

Julien Gasc et ses cousins ont suffisamment frappé les imaginaires pour que l’on arrive jusqu’à ce Grand Parc dont le parcours sinueux s’accommode parfaitement de ces ambiances insolites, entre deux questions laissées sans réponse, entre l’échappée extatique et le murmure des guitares électriques d’antan.

visuel : Grand Parc 

Charles de Vilmorin : une interview confinée pour une première collection très prometteuse !
Ces musiciens qui se filment dans leur confinement (54)
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *