Performance
Les Doms – Allons, Enfants du Garden Party

Les Doms – Allons, Enfants du Garden Party

26 juillet 2021 | PAR Sylvia Botella

Les Doms s’improvisent créateur in situ en imaginant le temps fort Garden Party. D’une forme à l’autre, il se dessine la figure libre de la jeune création belge francophone. Elle est vivifiante.

N’y-a-t-il pas d’autres artistes à mettre en avant ? Cette question en pose une autre, celle de la jeunesse. De l’autre côté des Doms, côté terrasse, Garden Party, pour sa première édition place 3 formes courtes créées in situ et plusieurs noms : Ce baiser soufflé sera pour toi de Chloé Larrère ; La Pavane de Boddan Kikena/ Compagnie Wozu ; Fusion de Joëlle Sambi & Hendrickx Ntela / Lézarts urbains (futures artistes associées du Théâtre National Wallonie-Bruxelles).

En organisant la Garden Party comme un contrechamp choisi par un jury de non professionnels de la programmation (Dorcy Rugamba, Caroline Cornelis, Anne Thuot, Bérénice Masset, Soufian sl Boubsi), les Doms crée un moment fort, presque autonome. On a le plaisir d’y retrouver de la performance/fantaisie, du slam et du Krump, ainsi que du théâtre.
On se dit que les Doms a su capter le possible côté alternatif de sa programmation et in fine, de la jeune création belge francophone, au sens de la prise de risque.

C’est toute la force et la singularité de Fusion de créer une contiguïté entre arts de la scène et cultures urbaines, slam et Krump, entre appréhension des violences sociales, migratoires et policières, et aspirations allant titiller la poésie et la tribune politique. Lorsque il est parfois trop difficile de parler (slamer) alors la bouche de Joëlle Sambi se clôt comme une longue fermeture éclair. Et Hendrickx Ntela danse. Elle happe notre attention. La brièveté de la pièce, comme l’incroyable vigueur avec laquelle la slameuse et la danseuse sollicitent nos rétines et nos oreilles, nous laissent le même souvenir que celui d’un rêve en reliefs. Il est doux, multiple et tenace. Il porte le combat avec fierté. Joëlle Sambi & Hendrickx Ntela n’ont pas peur. Elles ont raison.

Avec Ce baiser soufflé sera pour toi, Chloé Larrère ose de singuliers écarts. Elle déroute même sur un mode presque enfantin. De fait, la passion irrésolue de Clémence Delmaire pour un footballeur du Club d’Anderlecht crée un récit à bifurcations. Là, le spectateur et la spectatrice éprouvent l’aliénation de Clémence, mais de la façon la plus physique qui soit, grâce à un artefact joyeux qui lance la performance sur la piste étonnante d’un match/spectacle. Tentons de ne pas éventer l’effet de surprise et de plaisir qu’elle procure. Disons simplement qu’elle tient autant du saut dans le vide d’un stand up endiablé que d’une sociologie espiègle.

La Pavane aime dédramatiser les scènes dramatiques (à moins que ça soit le contraire ?), elle les ponctue d’actions concrètes : les personnages mesurent brusquement la distance qui les sépare des spectateurs, enlèvent brusquement leurs vêtements pour revêtir ceux de l’autre genre. Il y a ici la recherche d’un ton, d’un langage à travers les logorrhées verbales. Il devient de plus en plus outrancier, difficile à classer. Il devient de plus en plus questionnant et frôle carrément la critique de l’acte de représenter (ou art de gouverner ?) dans une fantaisie millimétrée sans pour autant oublier de nous inquiéter.

Il y a de la beauté dans ce jardin !

Visuel Fusion de de Joëlle Sambi & Hendrickx Ntela / Lézarts urbains © Barbara Buchmann-Cotterot

Les Doms / Festival Off du 5 au 27 juillet 2021

Avertissement : les trois formes courtes jouent chaque jour à des horaires différents.

Le songe du corbeau, conte onirique et horrifique
Un Coq en or au festival d’Aix-en-Provence
Sylvia Botella

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture