Théâtre

Le Pinocchio de Pommerat inaugure la MC93

Le Pinocchio de Pommerat inaugure la MC93

22 septembre 2017 | PAR Elie Petit

C’est une salle intergénérationelle qui a assisté à l’ouverture de la MC93 à Bobigny vendredi dernier. Au programme : présentation des spectacles de l’année, des formules d’abonnement et, surtout, le Pinocchio, remarquable, de Joël Pommerat.

La foule se presse dans le hall de la MC93. On avait pu y avoir le choc Nicht Schlafen d’Alain Platel en mars mais cette fois-ci, c’est la bonne : la salle est officiellement inaugurée. Quelques discours, un buffet, un groupe de jazz formé de professeurs du conservatoire. Et le Pinocchio de Pommerat, créé en 2008 à l’Odéon.

Le metteur en scène y dépeint un adolescent de bois, moderne, extrême, obsédé par l’égo et la réussite. Qui juge durement son milieu de création, la maison de son pauvre père de sculpteur. On le verra grandir épreuve après épreuve. Et quelles épreuves ! La tentation de l’école buissonnière, les clubs mal famés, la prison, l’argent facile et les arnaques, jusqu’au ventre d’un cétacé. Le ton y est, comme toujours chez Pommerat, aussi grave que drôle. On retrouve les visages grimés vus dans Cendrillon, les décors fantastiques, ce rythme hors du commun, ces enchainements magiques.

Les enfants rient, sont choqués, happés par moments. C’est pour tous un choc tant on voit de choses défiler en si peu de temps. La narration est forte, on ne s’y perd pas. Aussi, tant de choses sont dîtes si rapidement. Pommerat donne une leçon d’adaptation des textes et contes pour enfants en en extrayant un message ni moraliste ni dilué. On en ressort en ayant vécu une véritable experience théâtrale et de reflexions sur l’existence. Sur les trottoirs qui lient la MC93 au métro, enfants et adultes en parlent encore.

Le meilleur des choix pour une ouvrir la MC93 : un spectacle radical et populaire, transgénérationnel aussi.

13,14,15, 16, 17 septembre
De Joël Pommerat
Avec
 Myriam Assouline, Sylvain Caillat, Pierre-Yves Chapalain, Daniel Dubois, Maya Vignando.

La publicité s’invite au théâtre
[Expo] Une rentrée plastique et sphérique au 104
Elie Petit
https://www.instagram.com/elie_petit/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *