Théâtre

« Le 23 octobre 2002 : j’ai perdu la foi » : une jeunesse noire, rock, envoûtante

« Le 23 octobre 2002 : j’ai perdu la foi » : une jeunesse noire, rock, envoûtante

11 juin 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

Dans le cadre du festival théâtral Préliminaires, on a pu découvrir ce texte d’Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre. Mis en scène avec une belle énergie par Yohan Manca. Un spectacle embrassant punk rock, dépression et utopies, et ne rendant qu’un parfum de jeunesse furieuse.

[rating=4]

Nous sommes assis. Au plateau, une énergie menaçante se lève, dans le noir. Puis le spectacle commence, et une troupe très jeune fait son entrée. Un chanteur, une chanteuse, un guitariste, un bassiste, une batteuse. Plus un esprit bizarre en cuir noir. Ils lancent un premier morceau rock, sous influence punk. Puis balancent du texte, de manière frontale. Bienvenue dans les mots d’Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, ici empoignés par nos jeunes. C’est peu dire qu’on retrouve dès les premières phrases son style concret, concis, parsemé d’images aussi sociales et politiques que discrètement lyriques. Ce texte-là, il l’a pensé, au départ, avec un camarade du Conservatoire de Paris : Thomas Scimeca, des Chiens de Navarre. Puis mûri, avec l’état de pensée de ce compère en tête.

Le 23 octobre 2002 : j’ai perdu la foi est peut-être son texte le plus physique. Celui qui fouille le plus les corps. C’est d’abord le charismatique Etienne Baret qui nous raconte, à coups de phrases brèves, sa vie de jeune quelque peu dépressif. Dans une période qui pourrait être la fin des années 80, ou 90, on ne sait pas trop. La musique continue. L’élancée Heidi-Eva Clavier lui emboîtera bientôt le pas, de façon plus sombre. Les deux dessineront une peinture fragmentée, dans laquelle on pourra glisser nos rêves à nous. Après cette exposition à la forme incantatoire, c’est justement de rêves déçus qu’il s’agira. Ceux de Madame Poteau, la batteuse (Florence Fauquet, flamboyante), lancée dans une plainte amoureuse vis-à-vis de Patrice, jeune homme plein de références ; et ceux du susdit Patrice (Stéphane Ramirez, tellement juste), qui nous raconte son expérience burlesque et jusqu’au-boutiste du capitalisme. Il ne restera plus dès lors, après une bulle plus rigolote assurée par Marie Petiot, qu’à laisser venir la scène finale : un acte gratuit commis par un anonyme (Jean-Baptiste Tur, détaché, puissant), dans le but… de faire quelque chose. Et de sceller la mort de certaines utopies.

L’énergie et la justesse de ce groupe accrochent terriblement. La frontalité de l’écriture, qui fait s’exprimer chacun à tour de rôle, longuement, aussi. Quelques scènes passent trop en force. Mais le plus souvent, la simplicité de la mise en scène de Yohan Manca, qui s’en remet à un jeu entre ombre et lumière, à de longues plages musicales, et à une utilisation de toute la salle, sait nous rattraper. Et Pierre-Marie Braye-Weppe, à la fois guitariste et violoniste virtuose, de nous embarquer dans ses délires mélodiques… Un spectacle, en tout cas, qu’on espère revoir programmé.

*

Le 23 octobre 2002 : j’ai perdu la foi , d’Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre. Mise en scène de Yohan Manca. Avec Etienne Baret, Heidi-Eva Clavier, Florence Fauquet, Stéphane Ramirez, Marie Petiot, Jean-Baptiste Tur, et au violon et à la guitare, Pierre-Marie Braye-Weppe. Composition Musique : Pierre-Marie Braye-Weppe. Scénographie : Jeanne Boujenah. Lumière + Création Son : Jimmy Boury. Durée : 1h25. Production : compagnie EXIL65.

Visuels : © Mickael Pinelli

Prix Littéraire des Grandes Ecoles : la récompense à Marie Richeux, point d’orgue d’une belle saison
Le street art s’empare d’Havas Paris avec « Stairway to Paris »
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale.Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub.Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival.CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *