Théâtre
[Francophonies] « Transe(s) » : un grand chantier, animé par des paroles ardentes

[Francophonies] « Transe(s) » : un grand chantier, animé par des paroles ardentes

03 octobre 2014 | PAR Geoffrey Nabavian

Hier, au Bar des auteurs du Théâtre de l’Union, Julien Mabiala Bissila, lauréat du Prix Rfi-Théâtre 2014, présentait des extraits d’un texte en cours d’écriture : Transe(s) ou Carnet de voyages. Pour le porter, sept jeunes comédiens. Résultat explosif.

[rating=5]

On entre, et on ne voit qu’eux : sept interprètes, sortis en 2013 de l’Ecole supérieure de théâtre de Limoges. Qui s’échauffent furieusement. Qui convoquent leur énergie, pour la mettre en commun. Julien Mabiala Bissila, lui, est tout calme. Il nous explique que le spectacle est en cours de création, et que nous allons voir trois « paysages textuels ». On a l’eau à la bouche.

image004On ne sera pas déçus. Ces Transe(s) ont pour thème les aéroports et autres lieux de transit. C’est Timothée François qui ouvre le bal, en évoquant sa copine qu’il attend, après quinze mois d’amour par Skype. Puis les corps se dispersent aux quatre coins du Bar. Afin que les voix se déploient, et que les interprètes montrent l’étendue de leur technique. Les autres visiteurs de l’aéroport sont tous évoqués. On danse sur les musiques d’annonce. On redoute terrorisme, mauvaises conditions de voyage… On repousse à plusieurs, et superbement, un intrus qui tentait de s’incruster… L’écriture, incisive et musclée, accroche. On voudrait qu’elle s’attache à des personnages individuels, qu’elle prenne en charge des destins…

Changement de paysage : on se retrouve dans un bar, alors qu’un avion vient de s’écraser. Sûrement dans l’au-delà… Les comédiens dansent, font intervenir une sensualité bienvenue. Stéphane Bensimon, qui prendra la parole au nom du groupe à la fin, rythme l’action à l’aide de son violoncelle. Puis, dernière étape textuelle : une ville, dans laquelle apparaît le personnage d’Antoinette. Et c’est un festival : le travail choral à son paroxysme. Les comédiens parlent de sexe avec une justesse démente, qui fait rire d’admiration. Suivra un discours d’un conseiller culturel, drôle et pas lourd pour deux sous, dans lequel Clément Delpérié fera montre de ses qualités comiques. Trois extraits seulement, et trois mondes traversés : on veut la suite, et vite.

Transe(s) ou Carnet de voyages de Julien Mabiala Bissila sera prochainement créé par le collectif Zavtra, composé de l’intégralité de la promotion 2010-2013 de l’Académie du Théâtre de l’Union, Ecole nationale supérieure de théâtre de Limoges.

Visuel : les sept comédiens, avec le musicien Sébastien Bidon © Christophe Péan

Infos pratiques

Festival en Othe
Urbaka
les_francophonies_en_limousin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture