Théâtre

« Justice » , une pièce bouleversante et utile

« Justice » , une pièce bouleversante et utile

22 janvier 2018 | PAR Sarah Dray

Du 10 janvier au 31 mars 2018 se joue au théâtre de l’œuvre la pièce « Justice ». Mises en scène par Salomé Lelouch, les actrices Camille Cottin, Camille Chamoux, Naidra Ayadi, Samantha Markowic, Océane Rosemarie et Fatima N’Doye se relayent dans des rôles d’accusés, d’avocats, de juge d’instruction, de procureur de la République, dans des affaires de comparutions immédiates. Véritable remise en cause de notre système judiciaire, cette pièce, formidablement interprétée, nous bouleverse et nous laisse avec de nombreuses interrogations.

[rating=5]

Dans la pièce « Justice », les six actrices se relayent sur scène, certains soirs vous verrez Camille Cottin, Camille Chamoux, et Samantha Markowic se donner la réplique, d’autres ce sera Naidra Ayadi, Océane Rosemarie et Fatima N’Doye.

Samantha Markowic est également l’auteure de la pièce. Après avoir passé plus d’un an dans les tribunaux pour observer, elle a décidé de s’attarder sur ce moment où l’accusé est face à face avec le procureur de la République et où celui-ci va décider de son déferrement ou non en comparution immédiate.

A travers ce prisme, on observe donc différentes situations, différents cas de justice, différents accusés. Bien qu’on frôle parfois les clichés, le tableau de ces différents personnages nous émeut et nous bouleverse. Et surtout il soulève tout un tas de questions sur le fonctionnement de notre système et sur son caractère « juste ».

Les sentiments divers se mêlent alors et sans répondre aux questions, les personnages, superbement interprétés, nous laissent à nos interrogations. Ce que Samantha Markowic fait dire à ces personnages fait de la pièce une œuvre engagée.

La justice française y est clairement remise en cause : sa vitesse, son impartialité, ses moyens… Cette remise en question est toujours faite avec une grande empathie en nous mettant tout à tour dans les chaussures de chacun des personnages. Ceci nous aide à entrapercevoir les problèmes qui peuvent se poser à ce moment où beaucoup de choses se décident.

La mise en scène et le décor, épurés mais puissants ne font qu’accentuer la force de la pièce.

Si vous êtes adeptes d’un théâtre réaliste qui donne à réfléchir, vous avez jusqu’au 31 mars pour aller applaudir la pièce au théâtre de l’œuvre. Nul doute que la sensibilité et la véracité des personnages ne vous laissera pas de marbre.

Crédit photos : Victor Tonelli

Pelléas en voix et en images
Jean-Luc Moulène, En angle [Bruxelles]
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *