Théâtre
Homegrown : Une pièce de théâtre sur la radicalisation religieuse et politique, annulée

Homegrown : Une pièce de théâtre sur la radicalisation religieuse et politique, annulée

20 août 2015 | PAR Hakim Akcha

Au dernier moment, le National Youth Theatre suspend l’intégralité des représentations de la pièce de théâtre consacrée à la question de la radicalisation religieuse et politique, Homegrown. Une interdiction qui corrobore le tabou que représente le sujet dans la société britannique. 

Il y a de ça trois semaines, soit le 30 juillet dernier, le National Youth Theater (ou NYT), en la personne de son directeur artistique et responsable Paul Roseby, annonçait sans raison ni convocation, par e-mail, l’annulation de l’intégralité des représentations de la pièce de théâtre consacrée aux questionnements de la radicalisation religieuse et aux raisons qui poussent certains radicaux à rejoindre les camps de Daesh, Homegrown (2015). Un échec qui s’avère amer pour les 112 acteurs et actrices et les deux metteurs en scènes qui devaient se produire dès le 12 août, et ce jusqu’au 29.

La pièce de théâtre s’inspire de faits réels et représente près de six mois de travail et de recherches effectuées par pas moins de 112 étudiants issus de minorités londoniennes. La pièce s’axe sur le quotidien de ces jeunes, à travers trois filles, et a pour ambition de dénoncer la stigmatisation et la déception engendrées  par la politique du gouvernement. Des jeunes qui vont jusqu’à se réfugier dans une idéologie religieuse comme politique extrémiste. Nadia Latif, l’une des deux metteurs en scène, précise tout de même que la pièce illustre un mouvement global et pose surtout la question « des conditions qui poussent les gens à se convertir à un extrême dans une société stigmatisante et remplie de préjugés« . 

Le NYT argumente son choix dans un communiqué de presse où il explique que la pièce ne « remplie pas tout à fait la ligne artistique suivie par la structure ainsi que les attentes des spectateurs« . Pour Nadia Latif, ce refus représente plus « une peur de la pression extérieure sur le sujet abordé« , qu’un manquement à la ligne artistique. La société britannique entretient un rapport  tabou  avec ce sujet. la suspension de la pièce intervient peu de temps après le discours de David Cameron catégorisant les « bonnes » des « mauvaises » libertés d’expression. Pourtant, converser sur ce sujet via les domaines artistiques ou politiques permettrait une véritable prévention et limitation du phénomène.

Enfin, la décision a eu un fort impact sur les réseaux sociaux. Un hashtag #JeSuisHomegrown a même émergé sur Twitter en soutien aux acteurs et metteurs en scène. L’équipe se réjouit du soutien qu’il leur est apporté mais ne veut pas « devenir les porte-paroles d’une causes« . Après l’annulation de deux rendez-vous avec la direction du théâtre, Nadia Latif affirme que « cette pièce doit être montrée au public« .

Visuel : © Affiche officielle de la pièce et logo du théâtre.

Le Festival d’Aurillac fête ses 30 ans
Le concept « éphémère », tendance de l’été 2015
Hakim Akcha

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *