Théâtre
« Ca ira » à l’Apostrophe : un flot de paroles à écouter et à vivre

« Ca ira » à l’Apostrophe : un flot de paroles à écouter et à vivre

07 décembre 2015 | PAR Geoffrey Nabavian

A la Scène Nationale de Cergy-Pontoise, le spectacle événement de Joël Pommerat a déployé ses qualités : ses procédés sobres, et ses comédiens éblouissants, qui nous ont permis d’écouter et de recevoir, de façon vivante, durant près de quatre heures, les débats ayant agité la France au début de la Révolution.

[rating=4]

Ça ira commence fort : sans qu’aucune date soit énoncée, on voit un roi et son Premier Ministre en costumes d’aujourd’hui (remarquables Yvain Juillard et Yannick Choirat) s’adresser à nous, annonçant que leur pays traverse une crise économique insoluble. Ce pays, on l’entendra bientôt, c’est la France. On sent que ce nouveau récit conté par Joël Pommerat va parler de nos temps actuels, tout en se référant à la Révolution française, sans effets de reconstitution.

Au long des trois heures cinquante, on va voir naître notre démocratie. La mise en scène nous promènera entre séances d’assemblée où la parole sera abondante – et le public inclus, par un jeu de placement des comédiens – et passages mélancoliques, toujours très justes, annonçant la fin du règne de notre roi. Après le premier entracte, on assistera ainsi à une très longue suite d’interventions à l’Assemblée Nationale, nouvellement créée. La parole est au centre de ce spectacle, elle occupe tout l’espace, toute l’action, mais, portée comme elle est, on a envie de l’écouter.

Le naturel des comédiens éblouit, qu’il s’agisse de Maxime Tshibangu, splendidement juste lorsqu’il annonce l’arrivée du roi tel un chauffeur de salle, de David Sighicelli, qui passionne dans le rôle du député Gigart, de Saadia Bentaïeb ou Ruth Olaizola, intenses plaideuses aux idées tranchées… On pourrait en citer bien d’autres. Parfois, les paroles dites apparaissent trop profondément inscrites dans un temps historique précis, au contexte tout de même différent sur le plan social. Mais les personnages, forts, et peints avec pas mal d’ouverture et d’humanité, savent nous accrocher. Jusqu’à une dernière scène assez prophétique…

Quelques procédés de distanciation discrets, se glissent, et convainquent : on aime que, dans la seconde partie, le roi arrive sur la place de l’Hôtel de Ville sur une musique célèbre du groupe Europe. Surtout, la sobriété des moyens employés par Joël Pommerat pour figurer les situations laisse la place au rêve : les échanges politiques se déroulent dans une salle figurée très simplement, parfois cernée par des explosions, des cris… La parole a ainsi toute la place pour se déployer. Elle constitue le premier intérêt du spectacle : inviter à écouter en abondance les débats d’hier, pour penser à aujourd’hui, et au futur. A suivre, très bientôt.

*

Ca ira est en tournée dans toute la France. Les dates à venir du spectacle sont visibles ici.

Visuel : © Compagnie Louis Brouillard / Théâtre des Amandiers

« Cosmos » : le retour tendre et hystérique de Zulawski
Chroniques de la création de « Richard III, Loyaulté me lie » : cette semaine, répétition
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *