Théâtre

« Bella Figura » : le texte de Yasmina Reza créé à la Schaubühne de Berlin disponible chez Flammarion

« Bella Figura » : le texte de Yasmina Reza créé à la Schaubühne de Berlin disponible chez Flammarion

31 octobre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Après avoir été portée à l’écran par Roman Polanski, l’auteure d’Art et de Comment vous racontez la partie (voir notre article) créait Bella Figura à la mythique Schaubühne de Berlin, mis en scène par Thomas Ostermeier, avec la grande Nina Höss dans l’un des 5 rôles. C’était en mai 2015, ça reprend en décembre 2015 et entre-temps, le public français peut lire le texte dans sa langue. Bourgeoisie, faux-semblants, moment de crise au sein des conventions, c’est du Reza à 200 % et quand on l’imagine sur scène, ça doit marcher parfaitement. 

[rating=4]

Dans une ville de province correspondant au cliché, Boris et Andrea se voient. Ils doivent dîner dans un bon restaurant conseillé par la femme de Boris. Andrea est habillé un peu trop court, selon les dires de sa fille. Elle avale pilule sur pilule en attendant que Boris se décide à sortir de la voiture pour pousser la porte du restaurant. Elle lui en veut, elle lui fait une crise. Ils veulent repartir mais manquent d’écraser Yvonne, la belle-mère d’une très bonne amie de la femme de Boris. Yvonne est là avec sa bru et son fils, Eric pour son anniversaire. Dans une danse étrange, où Andrea et Boris ne cessent d’annoncer leur départ, les 5 personnages vont passer une longue soirée de gêne et de mélancolie ensemble…

Personnages quadragénaires au bord de la crise, révélations au bord du discours que Yasmina remplit juste comme il faut de stéréotypes pour les faire vriller et grande mélancolie d’humains dépourvus de vraies passions… Tous les thèmes qui font la force du théâtre de l’auteur sont là. Et ont été joués juste après Shakespeare sur la la scène de la Schaubühne : on a hâte de voir où et quand à Paris.

Yasmina Reza, Bella Figura, Flammarion, 125 p. 12 euros. Sortie le 21 octobre 2015.

visiels : couverture du livre et photo officielle de la Schaubühne (c) Arnaud Declair

« Mon Paris » : le carnet d’adresses d’Inès de la Fressange est intarissable
Ceux qui aiment Preljocaj prendront le train
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *