Spectacles
Présentation de saison : « le Théâtre de la Ville n’est plus un théâtre d’abonnés »

Présentation de saison : « le Théâtre de la Ville n’est plus un théâtre d’abonnés »

26 mai 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

C’est un Emmanuel Demarcy-Mota abasourdi par l’explosion de l’extrême droite en France et en Europe qui a présenté une saison 2014/2015 plus politique que jamais. 

Le directeur du Théâtre de la Ville entamera tout début septembre sa sixième saison, mais avant aura lieu la cinquième édition de chantiers d’Europe. Fort symbole pour ce directeur très marqué par les résultats de la veille. L’attention est donnée aux chiffres. 250000 spectateurs cette saison, record absolu. 101 spectacles programmés, un record. L’affaire pourrait s’arrêter là.

La volonté n’est pas d’entrer dans le guiness mais de renouveler les publics. Demarcy-Mota insiste sur l’idée qu’il faut casser les stéréotypes sur le théâtre de la Ville, qui n’est ni un théâtre de bourgeois »+ de 30% des spectateurs payants ont un revenu par foyer inférieur à 3000 euros, et plus de 55000 spectateurs ont moins de 30 ans (dont 17000 scolaires) » , ni un théâtre d’abonnés, « 95000 places à disposition hors abonnement ».

Autre credo : renouveler les publics. Cela, s’accélère grâce à la reforme entamée par Vincent Peillon sur les rythmes scolaires. Grace à la loi, 16 écoles, et le nombre est amené à être doublé, bénéficient de 32 ateliers qui ont vu passer comme intervenant, Olivier Py ou Jean-Claude Gallotta. Rien que cela, ce qui permet de créer « les spectateurs d’après-demain ».

La jeunesse donc, très concernée par le Parcours Jeunesse qui permet de tracer un fil dans la programmation, mais aussi le dialogue entre les lieux, puisque le Théâtre de la Ville prolonge sa volonté de partenariat, indispensable au regard des restrictions budgétaires (le Théâtre doit fonctionner avec 700000 euros de moins ). Le 104, Beaubourg, Les Ateliers de Paris, Le Grand Parquet… voici certaines salles qui programmeront des spectacles en compagnonnage avec le Théâtre de la Ville. Dans la même idée, on verra des reprises, par exemple, le superbe D’après Une histoire vraie de Christian Rizzo ou des troupes seront vues dans plusieurs lieux, c’est ainsi que le Wuppertal-Pina Bausch sera vu au Théâtre de la Ville et au Théâtre du Châtelet.

En 2014-2015 le public pourra voir 25 pièces de théâtre,  32 de danse, et 18 concerts. Impossible et inutile de détailler la programmation ici. Mais dans les best, à noter que Juliette Binoche deviendra Antigone sous la houlette de Schaubühne, Vincent Macaigne reprendra son idiot, les hypers souples de Peeping Tom danseront, David Lescot reprendra le magnifique Ceux qui restent.  Le Berliner ouvrira, la Schaubühne fermera. Et cela  n’est que six spectacles sur 101, et on ne vous a rien dit d’Anne Teresa de Keersmaeker, de Boris Charmatz ou de Zimmerman sans Perrot…

Ouverture des abonnements prioritaires le 2 juin, abonnements généraux le 1er juillet.

Demandez le programme !

Visuel : (c) Amélie Blaustein Niddam

La recette de claude : avocats et mangues à la ciboulette
France-Allemagne au Lucernaire : un match remporté honnêtement
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture