Théâtre
France-Allemagne au Lucernaire : un match remporté honnêtement

France-Allemagne au Lucernaire : un match remporté honnêtement

26 mai 2014 | PAR Alexander Mora-Mir

Du 21 Mai au 12 Juillet, Jocelyn Lagarrigue, Rainer Sievert et Marc Wels, écrivent, conçoivent, et mettent en scène la demi-finale de 1982, perdue par la France face à la République fédérale d’Allemagne. Une idée judicieuse, plus historique que sportive, pour délirer les relations de deux peuples.

FRAL3

[rating=3]

Deux acteurs, un Allemand, Rainer Sievert, et un Français Jocelyn Lagarrigue rejouent la demi-finale de football remportée par la République fédérale d’Allemagne face à la France en 1982. Une brillante idée pour rappeler à certains de mauvais souvenirs, ou simplement stimuler la culture sportive à d’autres.
Une défaite amère pour les supporteurs des « Bleus » qui gardent toujours en mémoire la faute extrêmement brutale du gardien allemand, Harald Schumacher sur Patrick Battiston, gravement blessé et inconscient, sorti sur civière. Une faute qui n’avait pas été sanctionnée, les Allemands avaient remporté le match. Au-delà de cet événement, c’est bien l’amitié franco-allemande qui est ici soulignée.

Franz et Richard mettent en scène un jeu naturel, et d’une justesse inouïe, nous transmettant une relation passionnelle, très saine. Cette amitié franco-allemande rompt avec les clichés et l’amertume du conflit passé. Elle en devient fraternelle, d’où sa beauté. Le spectateur a le plaisir d’être témoin d’un lien fusionnel, qui s’exporte bien loin des portes du Lucernaire.

FRAL 2

L’intelligence de leur jeu repose sur l’homogénéité et la complicité. L’un est caricatural, agressif dans sa diction, très impulsif (l’Allemand), tandis que le jeu du Français est plus posé, presque plus pacifique. Ils se complètent admirablement, et on peut dire que l’objectif est rempli : nous montrer bien plus qu’un match, une amitié sincère entre Français et Allemands, par le biais d’un match de Coupe du monde de football.
Ils jonglent entre le match et des petites histoires personnelles (fictives ou non) comme le grand père du Français qui a joué le rôle d’un officier SS pour ne pas montrer ses papiers à des officiers nazis en 1945…

La scène est remplie de nombreux accessoires, dont les acteurs se servent pour notre plus grand plaisir, le réfrigérateur Bosch, le tableau, les cartes routières, la télé, tous ont leur utilité amenant des comiques de situation dégénérés. Cette pièce supprime même les clichés d’une langue allemande laide ! Elle est rendu plaisante et drôle avec le jeu de Rainer Sievert.
Très à l’aise sur scène, le jeu avec le public est aussi appréciable, dont les plus gourmands auront la chance de pouvoir repartir avec un camembert ou des saucisses !

Un bémol toutefois, les quinze dernières minutes de la pièce. Le spectateur se perd un peu, ne trouve plus vraiment sa place, on ne comprend pas tout notamment les chants de fin, ainsi que les masques à gaz. Le spectacle mériterait d’être resserré mais reste néanmoins une belle découverte.

© visuels : DR

Infos pratiques

Odéon Théâtre de l’Europe
Les Gémeaux
theatre_du_lucernaire

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture