Danse
32 rue Vandenbranden de Peeping Tom, le coup de baguette magique du Festival Paris Quartier d’été

32 rue Vandenbranden de Peeping Tom, le coup de baguette magique du Festival Paris Quartier d’été

05 août 2013 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le 32 rue Vandenbranden a quitté Bruxelles pour s’exiler loin, au plus loin du bout du monde, et encore, vous n’y êtes pas. C’est dans un almost no man’s land que les chorégraphes belges Franck Chartier & Gabriela Carrizo nous font découvrir ce spectacle créé en 2009.

[rating=5]

Sur le toit d’une montagne, 4 personnages habitent des bicoques faites de moignons de caravanes. Il y a la femme enceinte qui enterre ses bébé, le jeune couple dynamique dont on se demande comment il a pu arriver là. Il y a une nana blonde, un peu ronde aux allures de matrone et bientôt deux étrangers. Dans ce monde blanc comme la neige qui n’en finit pas de recouvrir le sol, eux sont asiatiques. Leur arrivée va créer un événement dans ce monde qui a arrêté de tourner rond il y a bien longtemps.

Peeping tom a imposé sa marque de fabrique sur la danse contemporaine voici bientôt quinze ans. Pourtant, en France la révélation vient en 2012 quand le théâtre de la Ville propose A Louer, un conte fantastique pour maison hantée. 32 rue Vandenbranden est une forme plus petite, mais tout aussi magique. Ce collectif travaille l’inconscient et l’âme. Chaque interprète est amené à chercher le mouvement représentant au plus profond son sentiment.

Le résultat ces quêtes est une danse proche de la contorsion qui donne parfois aux danseurs des allures de pantins de chiffons. Les genoux sont contraints, les arrêtes des pieds deviennent appuis et les sauts trouvent des retombées totalement inattendues. La danse vient dire qu’ici tout penche, tout se jette, rien n’est à l’endroit.

Nous entrons progressivement même lentement dans l’intimité de leur folie. Le spectacle prend des allures de comédie musicale complètement décalée. L’extrait de l’opéra Norma de Bellini, Casta diva est l’occasion d’un époustouflant solo angulaire où la danse classique devient un corps rentré.

Avec 32 rue Vandenbranden, Peeping Tom vient justement entrer dans l’intérieur des corps, on verra un cœur être donné et des estomacs se renverser.

Le spectacle opère, alors que vous commencez par vous ennuyer, le collectif vous attrape et vous mène par le bout de nez, tours de magie à l’appui. Cette danse là est innovante, captivante, elle joue avec les lignes de douleur. C’est magnifique… et sans trucage.

Visuel : (c) @ Herman Sorgeloos

Le spectacle joue dans le cadre du Festival Paris Quartier d’été, au Théâtre Monfort, 106 Rue Brancion  75015 Paris.

Infos pratiques

festival Côté Court
Galerie Visio Dell’Arte
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *