Spectacles
Entre la blague et le sacré, « Le Jardin » du collectif Greta Koetz au TCI

Entre la blague et le sacré, « Le Jardin » du collectif Greta Koetz au TCI

12 janvier 2022 | PAR Blaise Campion

Le collectif belge Greta koetz propose jusqu’au 15 janvier Le Jardin, sa nouvelle création, au théâtre de la Cité internationale. La pièce propose une galerie de personnages attachants, dont on partage les retrouvailles.

Quelque part entre la blague et le sacré

« On fait comme on a dit, on essaie d’être à un endroit indécidable entre la blague et le sacré, puis on voit si on touche quelque chose ». C’est par ces mots prophétiques, comme une note d’intention, que s’ouvre la pièce. Sur scène, un terrain, de la pelouse, un arbre, une cabane… le décor d’un jardin. C’est ici que prendrons place les retrouvailles mouvementées qui forment le cœur de l’histoire.

Ce jardin est un lieu chargé d’émotions pour nos personnages. Ils y ont grandi ensemble. Antoine, son ami Nicolas, et son frère Fritz, attendent avec impatience le retour de Marie, la grande sœur un peu punk partie bourlinguer on ne sait trop où. Elle revient enceinte et avec une lubie pour le moins originale : elle se prend pour la Vierge Marie. Interprété par Marie Alié, ce personnage un peu loufoque est sans doute le plus abouti de la pièce, avec un côté brut (grande gueule et humour décapant) et un autre plus touchant (en quête d’un sens à sa vie). Finalement, entre la blague et le sacré, il y a tout le conflit auquel doivent faire face ces jeunes adultes, entre idéal et réalité. Le jardin de leur enfance est à vendre, parce que les propriétaires l’ont décidé ainsi. Tout ça est très symbolique.

Mise en scène par Thomas Dubot, et orchestrée par son frère, Sami Dubot, la pièce offre plusieurs compositions scéniques riches d’imagination, comme cette procession autour de Marie, en costume de Madone. « Ammirare la Madonna » nous crient les personnages. On s’y croirait. Mais l’absurde n’est jamais très loin, et c’est sur une chanson paillarde interprétée en chœur façon Moyen-Âge que s’achève la pièce, quelque part entre la blague et le sacré.

Visuel © Alice Piemme

Le Jardin du collectif Greta Koetz, se joue jusqu’au 15 janvier au Théâtre de la Cité internationale.

Informations et réservations ici.

Guillaume Désanges, le nouveau directeur du Palais de Tokyo
Vente exceptionnelle de la collection Gerlinger
Blaise Campion

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture