Danse

Julie Nioche et Gabrielle Mallet, le corps comme matière instable à June Events

Julie Nioche et Gabrielle Mallet, le corps comme matière instable à June Events

15 juin 2017 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le très bon festival June Events poursuit sa route jusqu’au 17 juin. Date où Daniel Larrieu présentera sa dernière création, Littéral. Mais ça, c’est le futur. Hier, et en duo, Julie Nioche et Gabrielle Mallet, dans l’écrin sauvage du musée de la Chasse ont traduit la parole médicale en geste chorégraphique.

Julie Nioche, cela fait longtemps que nous l’aimons fort, nous l’aimons comme le nom de sa compagnie A.I.M.E. Et nous la connaissons plutôt dans une version éloignée des spectateurs. L’immersion, le participatif, ce n’est pas tout à fait son truc. Nos solitudes, en 2010, au Festival d’Automne en était le symbole. Elle dormait dans les câbles, dans les hauteurs. Seule.

Mais ça, c’etait le passé.

Hier soir, sous le regard éteint du papa de Bambi empaillé, de plumes et autres trophées de chasse, l’ostéopathe Gabrielle Mallet demande « Qu’est ce qui vous amène ? ». Ce sera le titre du spectacle.

Elle demande, longtemps, beaucoup, comme si cette question était insoluble. Elle est simple pourtant, elle est celle du praticien face au patient. Elle n’est simple qu’en apparence. Julie Nioche, danseuse et elle aussi ostéopathe, arrive, en legging léopard pour faire écho à la salle aux murs chargés du Musée de la Chasse. S’en suit un étrange pas de deux, hyper animal, tout en bienveillance. Gabrielle ordonne avec douceur, Julie obtempère quand elle le veut bien.

Les spectateurs placés autour de cette drôle d’arène regardent et sont invités à servir de miroir. On nous demandera de retrouver un peu de verticalité ( et cela fonctionne) ou de fermer les yeux. Nous sommes au service de la réparation de Julie, qui doit rééquilibrer ses épaules et alléger son foie. Tout est bon alors pour retrouver sa cohérence. Se torde, sauter, haleter, respirer, être à quatre pattes, s’enfuir…

La discussion qui suivra le spectacle aura été étonnante car aucun spectateur n’a ressenti la même chose. Frustrant, thérapeutique, libérateur. Ce qui est sûr, c’est que « Ce que nous amène là », c’est le désir simple de voir danser la talentueuse Julie Nioche. Cela c’était le passé.

Car à la fin de la performance, ce qui nous a amené était en fait le désir de se mettre pieds nus et de répondre aux consignes de la calme Gabrielle Mallet.

Visuel : DR- A.I.M.E

[Live-Report] Download Festival 2017 – Day 1 : Kvelertak, Gojira et Linkin Park à la BA217
Les vernissages de la semaine du 15 juin
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *