Danse

Nos solitudes au centre Pompidou-Le rêve éveillé de Julie Nioche

27 octobre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

En dialogue avec Le Festival d’Automne, le Centre Pompidou  accueille pour trois petits soirs la danseuse, musicienne et ostéopathe Julie Nioche qui avait émerveillé l’édition 2005 du festival avec H20-NaCI-CaCo3, un spectacle jouant des éléments terriens, l’eau, la chlorure de sodium, la craie.  En 2010, l’option est aérienne.  « Nos solitudes » est une route onirique  à parcourir d’urgence. 

La mise en place prend le temps d’une préparation au sommeil, face au plateau, on est intrigué par les nombreux câbles aux bouts desquels pendent des poids. Alexandre Meyer se place près d’une guitare et joue une mélodie redondante. Noir. Julie Nioche entre, s’allonge au sol, le temps pèse comme les câbles lourds. Noir. Elle vole, dort en suspension et se réveille doucement puis avec force.

S’en suivent 50 minutes en un éclair hallucinant. Nos solitudes est un ovni à mi chemin entre le cirque, la contorsion, la danse et la performance. Le propos à la fois lourd et léger est transcendé par la scénographie et le jeu. Julie Nioche raconte un isolement, une jeune femme encagée qui trouve sa liberté en trouvant les limites de la machine. Entre chute et élévation « Nos solitudes » se rêve jusqu’au 29 octobre.

Nos solitudes, du 27 au 29 octobre, centre Georges Pompidou, 19 rue Beaubourg, 14 et 10 €, +33 (0)1 44 78 47 99.

Sexy Louboutin !
L’homme qui voulait vivre sa vie : un résultat mitigé
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

3 thoughts on “Nos solitudes au centre Pompidou-Le rêve éveillé de Julie Nioche”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *