Danse
<em data-lazy-src=

Baron Samedi de Alain Buffard : le vaudou pour libérer les identités

13 novembre 2012 | PAR Géraldine Bretault

Électron libre dont on connaît les atomes crochus pour d’autres grandes figures de la scène chorégraphique contemporaine (Claudia Triozzi, Régine Chopinot, Rachid Ouramdane, entre autres), Alain Buffard poursuit son chemin singulier sans rien céder à la facilité. Au menu de sa dernière création présentée en avril dernier à Nîmes, une relecture subversive des rites vaudous sur une partition musicale puisée dans l’œuvre de Kurt Weill.

Avant tout, rappelons que ce spectacle est le premier du cycle New Settings qui s’est tenu du 9 au 18 novembre. Le programme est financé par la Fondation Hermès qui favorise l’aide à la réalisation d’un projet par le soutien à la production

Pour avoir côtoyé de près le travail de Anna Halprin, et même interprété quelques-unes de ses tasks dans Parades & Changes, le danseur et chorégraphe Alain Buffard accorde une grande attention à la notion de partition, qu’elle soit à jouer dans l’espace avec les corps, ou à dérouler dans le temps en musique. Ainsi, en convoquant la figure vaudoue du Baron Samedi, et grâce à la proposition plastique de Nadia Lauro, qui a imaginé pour lui une sorte de page blanche monumentale, Buffard invite ses interprètes à tenter de définir leur cartographie personnelle.

Tous porteurs d’une histoire chargée d’exils et de migrations, ils s’accordent au bon vouloir du Baron sardonique tout en dévoilant des facettes de leur personnalité, de leur talent. Quant à la musique, Sarah Murcia, habituée des collaborations avec des chorégraphes, a puisé dans l’oeuvre d’un autre exilé notoire, Kurt Weill, pour arranger des morceaux de ses opéras. La pièce est donc aussi chantée, et déclamée, en anglais, en français, en zoulou, en allemand, en portugais… que nous comprenons à l’aide d’un surtitreur en fond de scène, ou des traductions en live par d’autres interprètes.

Sans perdre de vue la question du genre, déjà explorée dans plusieurs pièces remarquées (Good Boy, Mauvais Genre), Buffard poursuit son exploration de l’identité en abordant cette fois la question des rapports de domination sexuelle et politique. Une pièce dont le propos est parfois difficile à suivre, mais qui nous offre des moments d’une grande intensité, avec en exergue une superbe interprétation de Trouble Man, chantée par Hlengiwe Lushaba.

 

Visuels © Marc Domage

La méthode Renoir, une nouvelle plongée dans l’univers du cinéaste
Dave Grohl rejoint les Queens of The Stone Age, le temps d’un nouvel album
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, traductrice et rédactrice dans le secteur culturel, collaboratrice régulière de l'ICOM, des Rencontres d'Arles, de la revue de design Etapes. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France et du Syndicat de la critique de théâtre, musique et danse, elle a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, autour des rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle officiait en tant que Docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art.

One thought on “Baron Samedi de Alain Buffard : le vaudou pour libérer les identités”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *