Spectacles
50 et des nuances la parodie musicale, au Palace

50 et des nuances la parodie musicale, au Palace

20 septembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

L’auteure Amanda Sthers et le metteur en scène Ned Grujic adaptent au Palace et en français la comédie musicale parodique du best-seller de E. L. James, « 50 nuances de gris ». Mettant en abyme la lecture de ce roman à l’eau de rose épicé de porno en le mettant dans les mains de trois comédiennes qui jouent les ménagères de moins de 50 ans, cette parodie vire, par-delà sa vulgarité nécessaire, au mépris sans fond à l’égard des lectrices du livre. On a de la peine pour les comédiens-chanteurs, tous très professionnels malgré leurs rôles caricaturaux.

[rating=0]

Béa, Carole et Pam se retrouvent pour une soirée entre copines sans enfants et sans maris; sur l’initiative de la plus futée des trois, elles se mettent à lire ensemble « mieux que la Bible et le Kama Sutra » : le best-seller qui redonne le goût du sexe aux ménagères. La rencontre entre la cruche et vierge Anastasia et du très riche et très ténébreux Christian Gris (pour la traduction de Grey), se fait sous les auspices du machisme, de glissements de mots faciles (Christ-Christian, un bon coup… de téléphone), de la cacophonie musicale eighties et de gags aussi lourds et massifs que le Christian Grey de cette parodie.

Malgré certaines ingéniosités de la mise en scène, un respect de la structure du premier volume de la trilogie qu’on pourrait louer et d’excellents comédiens-chanteurs et musiciens, ce « 50 et des nuances » finit tout à fait de plonger dans les bas-fonds quand il dépasse le vulgaire pour carrément devenir méprisant à l’égard de ces bonnes ménagères de moins de cinquante ans qui s’offrent une parenthèse de volupté de cuir et encre. Parce que les auteurs ou adaptateurs de la pièce se veulent bien au-dessus du panier dont ils rient cruellement, rappelant que « On n’ est pas chez Pina Bausch » et ramenant les copines en goguette érotique vers la programmation quotidienne de « Plus belle la vie ». Pour ceux et celles qui s’attendaient à un sympathique divertissement ce biais hautain pieds et poings liés avec une vulgarité terrible est absolument indigeste. Dommage!

A noter : une soirée cuir & latex sur le thème de 50 et des nuances est prévue au Palace le 19 octobre…

« 50 et des nuances » adaptation : Amanda Sthers, mise en scène : Ned Grujic, avec Mathilde Hennekinne, Caroline Devismes, Isabelle Turschwell, Virginie Bracq, Laurent Conoir, Djamel Mehnane et Étienne Ducamain. 1h40 env.

visuel (c) photo extraite de la page facebook du spectacle.

Infos pratiques

Que faire pour la nouvelle édition de la nuit blanche?
« Beirut Art Fair », foire d’art contemporain internationale au Liban
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

2 thoughts on “50 et des nuances la parodie musicale, au Palace”

Commentaire(s)

  • odji

    Je ne comprends pas bien ce commentaire. C’est une parodie, donc forcément c’est moqueur ! Et personne ne se moque des lectrices du livre. C’est un clin d’oeil au second degré sur « les romans à l’eau de rose, teintés de porno » comme dirait Anna dans la pièce.
    Et ce n’est pas vulgaire, c’est drôle et sexy. Moi, j’ai beaucoup ri. Les textes sont excellents, les comédiens géniaux et les spectateurs sortent tous enchantés. Qu’on ait lu le livre ou non !!!

    septembre 23, 2013 at 12 h 19 min
  • Yaël Hirsch
    yael

    Bonjour Odji,
    Je suis ravie que le spectacle vous ait plu, à vous !
    Comme toujours une critique a un fond subjectif, mais je crois avoir argumenté mon propos : la mise en abyme et des remarques renvoyant les trois ménagères à « plus belle la vie » m’ont vraiment paru pleine de mépris pour les lectrices de 50 shades; ce roman n’est par ailleurs pas un livre qui a bouleversé mon existence mais qui a sa formule gagnante.
    Bien à vous,
    Yaël

    septembre 23, 2013 at 12 h 36 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *