Rap / Hip-Hop
Si IAM avait 20 ans

Si IAM avait 20 ans

06 novembre 2013 | PAR Sonia Hamdi

 

Indétrônable, toujours aussi mythique, le quintet a sorti son dernier album au printemps 2013 Arts Martiens, qui est déjà disque de platine. Le nouveau, … IAM, est prévu pour le 18 novembre 2013 et peut être leur ultime album. Rien que le nom, laconique, sonne comme un adieu. Il est composé de titres non retenus de la session d’enregistrement d’Arts Martiens. Akhénaton en fait une description brève mais prometteuse: «c’est plus viscéral, plus brut donc plus mordant». Le premier extrait s’intitule « Si j’avais 20 ans »: un son mélancolique et plein de rétrospectives. IAM semble faire le bilan.

 (Lire notre interview du groupe à l’occasion de la sortie d’Arts Martiens)

Akhenaton (Philippe Fragione), Shurik’n(Geoffroy Mussard), Kheops (Éric Mazel), Imhotep (Pascal Perez), Kephren (François Mendy) l’incarnent, comme les cinq doigts d’une même main.
Ce groupe marseillais est fondé en 1988; première cassette (Concept) en 1989; premier hit en 1994 (“Je Danse Le Mia”); première Victoire de la Musique en 1995;premier million d’albums vendus en 1998 (L’École Du Micro D’Argent); premier concert en Egypte au pied des pyramides en 2008 pour fêter vingt ans d’existence. Bref, beaucoup de premières pour le premier des groupes de rap français. La Suite? Le disque rétrospective, …IAM.

Plusieurs références, Deux samples, Un simple son
La mélodie est douce, l’instru’ est riche, le beat est lourd: véritable écrin dans lequel viennent prendre place les différents couplets, toujours aussi bien travaillés, de Shurik’N et Akhenaton.
Le son commence sur un sample de ce dernier, «Canzo di Malavita»: «si l’horloge marquait 20 au compteur, le monde aurait peur que je le croque». Le morceau date de 2006 et trouve sa place dans l’album d’Akhenaton, «Soldats de Fortune». L’opus se classe 8e dès la première semaine et reste plus de 6 semaines dans le top 50.

Shurik’N, quant à lui, fait un clin d’oeil au son d’IAM « Demain c’est loin », dès le premier couplet. Hier, il a écrit « Lendemain ? C’est pas le problème, on vit au jour le jour ». Aujourd’hui, il écrit «Vivant au jour le jour, demain c’est très très loin». Ce mythique morceau du groupe est une longue chanson de 9 minutes sans refrain et pratiquement sans pause de temps de parole. Pour l’anecdote, Shurik’N y effectue une magnifique anadiplose (une figure de style consistant en la reprise du dernier mot d’une proposition à l’initiale de la proposition qui suit)

http://www.youtube.com/watch?v=it7cm1Kpryw

On note également un sample du morceau de la Fonky Family (FF pour les intimes), dans une des «phrases scratchées» dans le son. Apparue sur le maxi “Sans Rémission” en 1998 cette phrase est attribuée au fameux Rat Luciano: «chaque jour j’ai envie de croquer le Monde».

FlashBack pour Akhénaton
Akhenaton revient sur son passé, dans le deuxième couplet: «Ma salive n’aurait plus ce goût amer/Pour dire mille fois je t’aime à mon père à Times Square». Le rappeur a passé deux ans à New York entre 1986 et 1988. Il en parle d’ailleurs sur son 2ème album solo «Sol Invictus», dans le son «NYC transit». A cette période, s’étant totalement plongé dans le rap, il aurait mis sa famille de côté.

Il résume ce premier extrait de leur album à venir en ces termes : « Cette vision-là, on ne peut l’écrire qu’à 40, 45 ans. Si on nous redonnait 20 ans aujourd’hui, on ferait certaines choses différemment mais ce bordel organisé, c’est ce qui a fait IAM. Ce morceau représente l’état d’esprit du groupe. Il n’y a pas de regrets. On est fiers de notre parcours, d’avoir couru à toute allure, d’avoir trébuché, de s’être relevé. Le bilan est présent dans nos discussions et en même temps, on est obnubilés par ce qu’il y a devant nous. »

Toujours avec autant de précision dans l’écriture, loin des clashs de nombreux rappeurs (cf le fameux triptyque: Booba, Rohff, LaFouine), ils n’ont aucunement besoin de coup de com’ pour établir leur succès. Ils ont réussi un exploit dont peu de rappeurs français peuvent aujourd’hui se prévaloir: faire évoluer leur musique, rouler leur bosse (car en réalité, ils n’ont pas cessé d’enregistrer et ce depuis 25 ans), sans pour autant tomber dans le  »trop commercial » reproché notamment à La Fouine, et même au rappeur contestataire Médine.
Parce que ce groupe mythique rappelle avec justice que le rap c’est aussi la beauté de l’écrit, la «poésie du bitume», on attend l’album avec impatience.

Festival TranscenDanse 2013
Une version française du site Buzzfeed !
Sonia Hamdi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *