Rap / Hip-Hop
Lartiste : « Chanteur à minettes ? C’est la vérité mais pas la réalité » (Interview)

Lartiste : « Chanteur à minettes ? C’est la vérité mais pas la réalité » (Interview)

05 août 2020 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Il est l’interprète incontournable des titres « Chocolat » et « Catchu » qui ont fait de lui un phénomène. Après avoir sorti Quartier Latin Vol.1 l’an dernier, Lartiste revient avec Comme avant. Un album autobiographique et personnel qu’il a enregistré sous sa nouvelle casquette de producteur chez NuDeal à Paris 11e. Il se livre dans cette interview accordée à Toute la culture dans son studio d’enregistrement. 

Propos recueillis par Kevin Sonsa-Kini.

Toute la culture : Vous avez sorti votre 7ème album studio Comme avant, qui succède à Quartier Latin Vol.1. Comme l’avez-vous abordé ? 

Lartiste : C’est un album autobiographique. C’est pour ça que sur la pochette, on voit une photo de moi gamin avec ma mère. C’est aussi un retour aux sources musical et spirituel. J’ai voulu donner une dernière carte de visite parce que je commence à penser d’arrêter ce métier. J’aurais pu même appeler l’album « Le chant du signe ». 

Pour Comme avant, vous avez invité des artistes comme Sofia Mestari, Mizi, Sheyrine, Caroliina ou encore Lyna Mahyem sur les titres « Bolingo », « BLG », « Ville lumière », « Comme avant » et « Bolingo ». Comme les avez-vous approchés pour participer à l’opus ? 

Ça s’est fait tout naturellement. Je commence d’abord par faire des chansons. Ensuite, je regarde quel artiste, parmi mes amis ou dans mon label, serait capable de donner une suite à la chanson. Sofia Mestari c’est une rencontre que j’ai faite. On a fait ensemble une chanson que j’aime bien et qu’on a retravaillé. Cette chanson avait déjà eu un grand succès au début des années 2000. On l’a mis à la sauce 2020 tout en gardant l’aspect old school rn’b (rhythm and blues). Pour Caroliiina, c’était vraiment sa chanson à la base. Moi j’ai juste écouté sa chanson et j’ai adoré. J’ai juste proposé de rajouter ma voix et essayer porter le morceau un peu plus loin que ce qu’elle aurait prévu de faire. 

Vous disiez dans un entretien à l’AFP que vous avez été étiqueté « chanteur à minettes qui essaie de faire le tube de l’été« . L’album était-il une volonté d’effacer cette image ? 

On ne peut pas effacer les images comme ça. A partir du moment où, une masse de personnes accepte une réalité comme elle l’est, on ne peut rien y changer. Pour moi, c’est la vérité parce que c’est ce qui ressort à droite et à gauche. 

Vous avez lancé votre propre label NuDeal dans lequel vous avez réalisé l’album. Ce label marque-t-il le début d’une nouvelle aventure pour vous ? 

C’est une nouvelle aventure de producteur et d’entrepreneur dans le sens technique du terme. J’ai beaucoup plus de responsabilités aujourd’hui et ça me procure beaucoup de stress. Pour cet album, j’ai essayé de garder le côté artistique mais je pense ne plus trop avoir de jus. C’est pour ça que, dès à présent, je vais plus me concentrer sur l’aspect entrepreneurial. 

Comme avant, c’est l’album de l’artiste ou du producteur ? 

Je suis obligé d’avoir cette schizophrénie, cette double casquette, même si des fois je ne veux être qu’artiste. Le producteur veut des chiffres mais un artiste veut dépenser pour créer. Je suis toujours dans un dilemme. Mais quand je fais un album, j’essaie quand même d’être plus artiste que producteur. 

« Je n’ai plus l’espace pour prouver. Je laisse ça aux jeunes ». 

Vous disiez que vous songiez à arrêter le métier de chanteur. C’est l’album du début de la fin de carrière artistique ? 

Je ne sais pas mais en tout cas, c’est un peu la fin d’un cycle pour moi. 

Quelle est la suite de vos projets pour 2020 ? 

Je vais m’occuper de la suite des prochains clips de Mizi, Sheyrine de Bramo L’Epicier. On est sur plein de beaux projets pour développer les artistes. J’ai envie de redevenir challenger. Je ne peux pas aller plus haut que ce que j’ai pu faire dans le passé. Mais en toute modestie, je vais juste m’occuper des artistes et développer tranquillement. 

Estimez-vous n’avoir plus grand chose à prouver dans la musique ?

Si, on a toujours des choses à prouver. Mais, je me dis juste que je n’ai plus l’espace pour prouver. Je laisse ça aux jeunes. 

 

 

Lartiste, Comme avant (sorti le 17 juillet 2020): 20 titres = 1. La chanson , 2. Tout est break, 3. Y’a les woo, 4. BLG feat Mizi, 5.Ville Lumière feat Sheyrine, 6. Bomboclaat (Remix) feat Busy Signal, Da XL Team, 7. Vaï et reviens, 8. Comme avant feat Caroliiina, DJ Vens-T, 9. Photo feat Bamby, 10. Bolingo feat Lyna Mahyem, 11. Maroc Express feat Bramo L’Épicier, 12. Les crayons de couleurs, 13. Hey Mani, 14. Zaga², 15. Ne pars pas feat Sofia Mestari, 16. Abandonné, 17. Sors, 18. À bon écouteur, 19. La guerre des étoiles, 20. Protège moi.

 

Visuels : ©Kytao ©Because Music 

Les séries attendues à la rentrée
« Le défi du champion » : plongée dans la vie d’un jeune footballer par Leonardo d’Agostini
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *