Musique
Radu Lupu : un voyage méditatif à la Salle Pleyel

Radu Lupu : un voyage méditatif à la Salle Pleyel

Un mois après l’intervention du pianiste Lang-Lang, connu pour sa gestuelle théâtrale, Radu Lupu s’invite à la Salle Pleyel pour un voyage méditatif aux nuances subtiles. Franz Schubert, César Franck, Claude Debussy : un programme sur mesure pour le pianiste roumain qui reçut notamment le prix en 1996 de la meilleure performance soliste pour un enregistrement sur une Sonate de Schubert.

L’orchestre, présent lors de sa dernière intervention à la Salle Pleyel en juin 2012 aux côtés de Claudio Abbado, laisse place au seul piano. A la tendresse et au drame du cycle schubertien succèdent l’atmosphère mystique de César Franck, et les sonorités colorées des préludes de Debussy. « Il faut croire en Dieu » pour jouer le tryptique confiait Blanche Selva, interprète invétérée de César Franck.

La personne de Radu Lupu autant que son jeu nous convient à une soirée où la contemplation et le recueillement semblent être les maîtres-mots, avec un impromptu de Schubert (n°2, op. 142, en La bémol majeur) dont le caractère polyphonique d’accords enchaînés confère une atmosphère résolument religieuse. Mais la douceur laisse très vite place à l’ondoiement de suites arpégées dont l’agitation est ponctuée d’un repos apparent où le jeu simultané des aigus et des graves installe un climat énigmatique.

C’est une interprétation tout en subtilité que nous a proposé Radu Lupu ce mardi 9 octobre à la Salle Pleyel, à travers un programme où la rêverie côtoie le sacré. Si notre oreille pouvait être chatouillée par quelques erreurs techniques, elle s’est laissée tout autant porter par la délicatesse d’exécution où les passions se retiennent d’éclater avec une justesse remarquable. Radu Lupu, fidèle à ses habitudes, a ainsi été acclamé par le public de la Salle Pleyel, lui offrant deux interprétations supplémentaires, confirmant, par leur mélange de sérénité et de mélancolie, la portée du répertoire abordé : un véritable voyage méditatif…

 

Crédit photo : Radu Lupu © Production Piano****.

25 ans de créativité arabe à l’IMA
Off de la FIAC : Frileuse Slick
DIANE ZORZI DU MAGAZINE DES ENCHÈRES

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *