Jazz
Pianomania : une inauguration flamboyante avec Jamie Cullum à Pleyel

Pianomania : une inauguration flamboyante avec Jamie Cullum à Pleyel

24 novembre 2022 | PAR Geraldine Elbaz

Le 18 novembre 2022, Jamie Cullum inaugurait à Pleyel la nouvelle édition du festival Pianomania. Un concert événement, en piano solo.

Vendredi 18 novembre, après une première partie lumineuse et envoûtante de la pianiste Macha Gharibian en duo avec le contrebassiste Chris Jennings, c’est donc Jamie Cullum, pianiste et chanteur de pop jazz britannique au succès interplanétaire, qui a investi la scène de la salle Pleyel, remplie à craquer et baignée de lumières incandescentes.

Un piano voix fabuleux

Seul avec son piano, l’artiste aura d’emblée mis tout le monde d’accord avec une entrée en matière pour le moins percutante : « These are the Days » et « Don’t Stop the Music ». Dès le début du concert, l’engouement est total. Jamie Cullum enlève sa veste, retrousse ses manches et le public hurle. « Love is in the Picture », « Taller », « What a Difference a Day Made »L’artiste enchaîne les tubes et sa voix de crooner, mêlée d’accords suaves dont il a le secret, enchante la salle comble. 

Entre deux morceaux, il nous raconte des anecdotes sur son parcours, ses compositions. S’il a appris la musique à l’oreille en écoutant Stevie Wonder, Cole Porter, Herbie Hancock, Elton John et bien d’autres, il ne cesse de se perfectionner et d’expérimenter de nouvelles choses. Son répertoire semble infini.

Quand il n’explore pas l’intérieur du piano avec une approche percussive ou en faisant glisser sa main sur les cordes, les faisant résonner comme une cithare, on l’observe jouer avec le micro. Assis au piano, il se balance de gauche à droite, s’éloigne, se rapproche, teste les sonorités. Parfois, il se lève et chante a capella, en arpentant la scène avec aisance.

Tous ses titres sont des tubes !

Comme une confidence, il nous interprètera « The Age of Anxiety », une de ses compositions favorites. « Twentysomething », must absolu avec sa rythmique endiablée, embarque le public, qui frappe des mains à tout rompre. Comment ne pas chanter avec lui aussi sur son medley de « New York New York » à « Empire State Of Mind » ? 

À l’approche des fêtes de fin d’année, il partagera avec nous quelques titres choisis de son dernier album intitulé The Pianoman at Christmas (« The Jolly Fat Man », « Hang your Lights »). Ses chansons sont plus belles les unes que les autres. Nous sommes définitivement sous le charme.

Une standing ovation de 15 minutes

Imaginez un final phénoménal avec 2 000 personnes debout en frappant des mains et en chantant avec lui. « All at Sea » sera le dernier morceau d’un rappel de près de 15 minutes. 

Merci Jamie Cullum. 

 

Festival Pianomania2e édition

Concert de Jamie Cullum 

Le vendredi 18 novembre 2022 

Salle Pleyel

Anteprima Productions

 

Visuel : © affiche

Pianomania : Gonzalo Rubalcaba et Alfredo Rodriguez, à Pleyel
L’Equerre d’argent attribuée à la médiathèque Charles-Nègre (Grasse)
Avatar photo
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration