Pop / Rock
[Live report] The Dø à La Cigale

[Live report] The Dø à La Cigale

19 novembre 2014 | PAR La Rédaction

La Cigale fait le plein et plus encore pour accueillir le premier gros concert parisien, après plusieurs sessions plus ou moins privées et une première double date au Centquatre, d’une nouvelle tournée de The Dø. C’est un retour triomphal pour Olivia Merilahti et Dan Levy.

Las Aves, nouvelle signature de Cinq7, ouvre la soirée d’une belle manière, aidée dans son action par Dan, venu joué du saxo sur un titre. Une mise en bouche électro-pop de bon augure.

Les choses sérieuses commencent alors qu’il devient impossible d’accéder à la fosse. La chaleur monte d’un cran. Olivia, coiffée au carré, en impose d’emblée tant par son charisme magnétique que par une impressionnante possession d’un espace de science-fiction. A sa gauche, Dan est dans la pénombre, au clavier ou aux perçus. Derrière,  une batteuse, à sa droite, en retrait, un bassiste.

C’était attendu et espéré, la première partie du concert est consacrée aux nouveaux titres. Avec ses baskets blanches et sa combinaison rouge, Olivia est prête à en découdre, façon Ninja lorsqu’elle fige une musique syncopée par des postures de karaté. « Shake shook shaken », c’est le titre du dernier opus. Effectivement, ça cogne fort, mais dans un écrin de velours très vaporeux.

Les nouvelles chansons sont tellement puissantes qu’elles en effaceraient presque les anciennes, jouées avec parcimonie. En fin de set, on n’échappe pas à « On my shoulders » mais le duo devenu quatuor pour le besoin du live a depuis longtemps su s’affranchir de son premier succès. Deux rappels et une tête de lézard géant plus tard (elle a joué un morceau affublée de l’objet), Olivia semble au bord des larmes dans les bras de Dan. Le couple le plus en vue de l’arty indé ne cesse ne remercier son public, qui attendra désespérément un  nouveau retour avec de quitter la salle certes en sifflant mais surtout conquis par cette odyssée héroïque du meilleur goût.

Texte et visuels : Patrick Auffret

[Live report] Babe, Petit Fantôme et Frànçois & The Atlas Mountains au Bataclan
Facebook vise le monde de l’entreprise
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture