Pop / Rock
[LIVE-REPORT] : Arno au Brussels Summer Festival (17/08/2013)

[LIVE-REPORT] : Arno au Brussels Summer Festival (17/08/2013)

18 août 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

Né à Ostende, parfaitement trilingue, d’un charisme fou, celui que d’aucuns appellent le « Tom Waits belge » était programmé au cœur de la capitale, sur une scène dressée par le Brussels Summer Festival en bas du mythique Mont des Arts. Un concert rock mais où l’émotion faisait défaut.

[rating=1]

Nuit chaude et sans pluie d’Août, musiciens formidables, plusieurs centaines de Bruxellois présents pour voir un Arno vraiment national et vraiment connu pour son charisme, toutes scènes confondues. Voix rauque mais très sobre, tout de noir vêtu, le chanteur est entré pile à l’heure sur scène dans un climat de grande attention. Tout était en place, au cœur du Brussels Summer Festival, pour un concert mémorable.

Et pourtant, malgré une vraie énergie sur scène, son jeu si juste du balancé du micro d’une main à l’autre, des transitions à la fois courtes drôles et en flamand, français, anglais et allemand pour rendre hommage à toutes les langues du pays, le magie n’a pas opéré hier soir. Jouant à fond la carte du rock pour faire danser la foule, Arno – qui nous avait fait pleurer au Casino de Paris, parlé lors du festival chorus en 2011, et rire encore avec son excellent dernier opus « Future Vintage » (Naïve, 2012) – a perdu son public malgré sa magnifique présence, après 3 chansons.

Sono trop vague, rythme très répétitif, subtilité des paroles inaudible…Nous étions venus voir un chanteur dont on boit les notes et les mots pour nous retrouver dans une ambiance agréable avec Arno en bruit de fond. Nous n’étions probablement pas les seuls, puisqu’autour de nous personne n’a réussi à deviner les mélodies interprétées pour chanter en chœur, si bien que l’ambiance était certes estivale, mais un peu mélancolique. Bien que formidablement accompagné, le génial Arno n’a peut-être plus le coffre pour mettre en transe plus de deux mille personnes en plein air. A écouter dans une salle plus confinée, donc, là où mots et sons parviennent certainement encore jusqu’au cœur.

Les eaux territoriales : retour à St-Pierre et Miquelon, par Eugène Nicole
Porte à porte. Reconquérir la démocratie sur le terrain
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *