Musique

La playlist 2009 de La Boîte à Sorties

05 janvier 2010 | PAR Mikaël Faujour

L’année 2009 étant bien finie, nous vous proposons une playlist récapitulative des coups de cœur de la rédaction.

Ayant rassemblé une bonne partie de nos coups de cœur de l’année 2009, nous vous dévoilons notre sélection des morceaux qui nous ont marqués cette année.

Loin d’être exhaustive, la liste fait une quasi impasse sur le jazz ou le rap. Avec une petite centaine de titres, notre playlist n’est pas encore complète – et nous y ajouterons encore quelques groupes et artistes laissés de côté (d’Antony & the Johnsons aux Horrors en passant par Porcupine Tree, Kasabian, Air ou Them Crooked Vultures).

Notons que plusieurs albums n’étant pas référencés sur Deezer, il ne nous a pas été permis d’en inclure des extraits. En particulier, signalons :

* Le Cours ordinaire des choses de Jean-Louis Murat, son plus bel album depuis au moins 2005, splendide recueil de chansons enregistré à Nashville et teinté de sonorités américaines ;

* Hymns to the Immortal Wind des post-rockeurs japonais de Mono, remarquable album de rock instrumental et orchestral de la part d’un groupe trop peu connu ;

* The Mirror Explodes des sombres californiens de Warlocks, qui avaient offert un show aussi excitant qu’impeccable lors de leur passage à la Maroquinerie en juillet dernier… salle modeste pour un groupe qui mériterait bien mieux ;

* Do the Job des Baddies, un des plus convaincants albums de pop britannique sortis cette année ;

* The XX, premier album du groupe homonyme (qui sera de passage le 18 janvier à la Cigale) néo-cold wave minimaliste entre Young Marble Giants et le Cure de Seventeen Seconds ;

* Infinity, de Jesu (pour rappel, projet musical principal de Justin Broadrick, ex-Napalm Death et ex-Godflesh), album d’un seul titre de rock expérimental brassant drone music, shoegaze, post-rock et metal ;

* Here We Go Magic, du groupe homonyme issu de Brooklyn, la scène musicale la plus excitante de ces dernières années, album à l’ensorcelante bizarrerie ;

* Apology des Lillois d’Om Mani, très bel album de metal (en téléchargement libre), entre Hacride, Neurosis et Meshuggah, soit un metal puissant, viscéral, élémentaire ;

* Skip the Use, du très sympathique et rigolo groupe lillois homonyme qui, sans faire montre d’une originalité tétanisante, a signé de très chouettes et dansants morceaux (« Bastard Song » ou « Give Me » en tête) dans la lignée de Bloc Party, qui donnent très envie de les voir où ils sont à leur place : sur scène.

Pour le reste, nous avons inclus aussi bien les révélations de premier plan (School of Seven Bells, The Dead Weather, Revolver, Florence & the Machine…) ou moins tapageuses (Budam, Jil is Lucky), succès populaires (Yodelice, Muse, Patricia Kaas ou Black Eyed Peas) et artistes underground réputés (Dälek) ou émergents (Le Prince Miiaou). Musicalement, cela va du folk de nos chouchous Starboard Silent Side à la chanson française néo-réaliste de Soan, en passant par le metal (Mastodon, Isis, Slayer, My Dying Bride, Katatonia…), la pop britannique la plus élégante (The Boxer Rebellion, Bat for Lashes…), la dance (Shakira aussi bien que Gossip) et les poids lourds du rock (Placebo, Pearl Jam, Weezer)…

Nous n’avons pas oublié le remarquable live posthume d’Alain Bashung ni l’album marquant la renaissance d’Alice in Chains (Black Gives Way to Blue) ou un remix inédit tiré du best-of marquant la reformation de Faith No More.

Bonne écoute.

Découvrez la playlist Playlist La Boite à Sorties 2009 avec Revólver
Les faiseurs d’anges de Stefan Brijs, une science fiction génétique qui retourne aux années 1980
Les bons plans soldes sur le web
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *