Galerie

Vernissages de la semaine du 7 septembre

Vernissages de la semaine du 7 septembre

07 septembre 2017 | PAR Terence Gerber

La rentrée est derrière nous, mais les vernissages devant ! C’est ainsi que Toute La Culture espère vous remonter le moral, descendu il y a peu, en faisant le tri dans les vernissages de la semaine du 7 septembre. Riche en émotions, la sélection risque de ne pas vous décevoir !

Jeudi 7 septembre :

Maeght, imprimeur et éditeur d’art

Du 7 septembre au 7 octobre 2017. Vernissage le 7 septembre de 18h à 21h. Galerie Maeght, 42 Rue du Bac, 75007 Paris.

21273461_1416986268338673_6913889953230119300_o
Pour cette rentrée 2017, la Galerie Maeght met à l’honneur les métiers de l’imprimerie. Le parcours de l’exposition s’articule autour de rares ouvrages de bibliophilie : les éditions luxe de l’incontournable collection Derrière Le Miroir, la collection Duos et des livres de bibliophilie historiques ou contemporains. L’exposition est accompagnée de la diffusion du film Miró Lithographe.

Métamorphose de l’ordinaire
Une exposition collective réunissant les œuvres de Téo Bétin, Isabelle Ferreira, Loïc Pantaly, Zhuo Qi, Alexander Raczka, Matthieu Raffard & Linda Sanchez.

Du 8 septembre au 21 octobre 2017. Vernissage le 7 septembre à partir de 18h. Galerie Les filles du calvaire, 17 Rue des Filles du Calvaire, 75003 Paris

unnamed
Pour cette rentrée de septembre, sept artistes sculpteurs investissent en volume l’espace de la galerie. Tous métamorphosent les formes de l’ordinaire et interrogent le concept d’habileté, cette capacité virtuose à concevoir et bricoler. A leur manière, ils ont cherché à repenser notre art de vivre, avec ses sciences et ses traditions. Rien ne leur échappe : ils sondent pour transformer.

Samedi 9 septembre :

Inferno
Une exposition de Michel Aubry

Du 9 septembre au 22 octobre 2017. Vernissage le 9 septembre de 17h à 20h. Galerie Eva Meyer, 5 rue des Haudriettes, 75003 Paris.

zweiter_teila6
Pour sa quatrième exposition à la galerie, Michel Aubry déploie un ensemble de nouvelles productions entre sculptures et mobiliers, installation sonore et costume, dessin et tapis d’ornement. Artiste minutieux, chasseur de savoir-faire en quête de perfection, Michel Aubry réalise depuis plus d’une vingtaine d’années une oeuvre programmatique, avant tout centrée autour de processus de fabrication. Fasciné par les launeddas, une famille d’instruments de musique sardes fabriqués à partir de roseaux, l’artiste s’intéresse très tôt à leur sonorité et leur musique de tradition orale. Sa Table de conversion (1992), où une longueur de roseau correspond à un son précis, lui permet de créer des analogies entre sons et formes, entre l’invisible et le visible.

Sliver – Grégory Derenne
Deus Sive Natura – Vincent Corpet

Vernissage le 9 septembre de 18h à 21h. Galerie Bertrand Grimont, 42-44 rue de Montmorency, 75003 Paris.

En ce début du mois de septembre, la Galerie Bertrand Grimont invite les peintres Grégory Derenne et Vincent Corpet à exposer respectivement au 42 et 44 rue de Montmorency. A la vue des tableaux de Grégory Derenne, les visiteurs seront subjugués par l’impossibilité de distinguer l’artificiel du naturel. En empruntant au champ photographie, l’artiste économise la lumière dans ses tableaux, donnant ainsi un éclat particulier au motif.

Procédant par analogies, Vincent Corpet crée de grandes fresques mythologiques invitant à poser un regard neuf sur l’image peinte, un regard n’impliquant pas un sens de lecture préétabli. La peinture de Vincent Corpet fait référence par son procédé analogique à ce qui constitue un artiste et rend possible l’infini. L’artiste demeure immuable dans l’éternité.

The Endless Second
Une exposition de Ni Youyu

Du 9 septembre au 28 octobre 2017. Vernissage le 9 septembre de 15h à 20h. Galerie Nathalie Obadia, 3 rue du Cloître Saint-Merri, 75004 – Paris

4905
Pour la première fois exposé en France, l’artiste Ni Youyu présentera son exposition The Endless Second à la Galerie Nathalie Obadia. Né en 1984, dans la province du Jiangxi, il est l’un des artistes chinois les plus représentatifs de la jeune génération s’attachant à redécouvrir l’héritage de la tradition esthétique chinoise. L’exposition révèle un ensemble d’œuvres récentes (2016 – 2017) présentant une multitude de matériaux et de techniques tels que la gravure sur bois, l’acrylique sur toile, la photographie, la poudre de craie ou la pierre.

Visuel : photos officielles

[Critique] du film « Petit paysan » Drame implacable sur la descente aux enfers d’un éleveur
« Pour une Afrique libre », de Ngugi wa Thiong’o : un état des lieux engagé
Terence Gerber

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *