Jazz
Elodie Frégé et André Manoukian, à la Seine Musicale

Elodie Frégé et André Manoukian, à la Seine Musicale

21 octobre 2021 | PAR Geraldine Elbaz

Le 19 octobre 2021, L’Auditorium de la Seine Musicale présentait un duo piano/voix original avec André Manoukian au piano et Fender Rhodes ainsi qu’Elodie Frégé au chant. 

Un duo jazzy et sexy

André Manoukian est auteur-compositeur-pianiste-comédien-juré-chroniqueur. L’artiste a plus d’une corde à son arc ; il passe à la télé, on l’écoute à la radio, on va le voir en concert, il est partout ou presque… Pour cette soirée sous le signe de la volupté, il était accompagné de la belle Elodie Frégé, gagnante de la Star Ac’ 3, chanteuse donc mais aussi auteure-compositrice-musicienne-comédienne. Le duo nous a offert dans l’auditorium Patrick Devedjian un moment intimiste et glamour avec un répertoire jazz éclectique, où les morceaux étaient chantés en français et en anglais. 

Un préambule inspiré

En guise d’ouverture, André Manoukian s’installe seul au piano, joue une composition élégante et mélodieuse, « Ostinata », avec des sonorités venues d’ailleurs. Durant le morceau, il se lève, continue à jouer d’une main tandis que de l’autre main il explore l’intérieur du piano. Il appuie sur les cordes vibrantes, altère la résonance, module les sons, les étouffe parfois et crée un climat étrange, étonnant, exotique.
Manoukian est volubile, prolixe, il nous raconte des anecdotes truculentes sur l’histoire du jazz et sur les relations très particulières qu’il entretient avec les chanteuses. En l’occurrence, il va nous parler d’Élodie, sa muse pour la soirée, avec laquelle une certaine alchimie opère. 

Manoukian est cultivé, exalté et passionnant, son discours est bien rythmé et ponctué des rires du public qui jubile. On repense alors à son seul en scène, sa conférence psycho-érotique intitulée Le chant du périnée, qui reprend avec verve et faconde ses chroniques France Inter, dont le florilège fait l’objet d’un recueil imprimé Sur les routes de la musique.

Une sensualité exacerbée 

Peau de porcelaine, visage de poupée, carré roux, Elodie Frégé fait son entrée en scène, dans un souffle de féminité et de candeur qui envahit l’espace. Talons aiguilles et robe noire en satin fendue, elle balance les bras en l’air, affiche un sourire radieux et rit franchement. Elle est à la fois femme fatale et femme enfant et joue de cette dualité. 

La première chanson qu’elle interprète est « Why don’t you do right », un standard de jazz écrit par Kansas Joe McCoy en 1936, tube repris en 1943 par Peggy Lee et consacré par Jessica Rabbit dans le film Qui veut la peau de Roger Rabbit (Robert Zemeckis, 1988). Le ton est donné, on vogue entre blues, jazz et volupté.

Des torch songs ?

Le répertoire choisi est imprégné de jazz avec des titres évocateurs comme « All of me », « Cry me a river » ou encore « What a difference a day makes ». Billie Holiday et Ella Fitzgerald ne sont jamais bien loin et les torch songs, ces chansons d’amour évoquant un amour impossible, frustré ou perdu, s’enchaînent.
Après avoir vu ce duo, vous n’écouterez plus jamais « My funny Valentine » comme avant. 
La chanson française sera mise à l’honneur également avec Gainsbourg, Biolay, Maurice Chevallier…
Elodie nous fera une petite démonstration de güiro, produisant des sons raclés et donnant une impulsion percussive et festive à l’ensemble.
Manoukian évoquera Deleuze, Einstein, Foucault, où musique et philosophie se rejoindront magnifiquement. 

Un dernier rappel avec « Fever » clôturera le concert et le public heureux rentrera en fredonnant les chansons de la soirée.

 

 
Visuel : ©affiche
 
André Manoukian et Elodie Frégé 
La Seine Musicale 
Le 19 octobre 2021 à 20h30
 
Pinault met la lumière sur les étoiles montantes de la scène alternative
La Renaissance de la FIAC du 21 au 24 octobre au Grand Palais éphémère
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture