Musique
[Interview] « Les Francofolies : privilégier une grande fête de la Chanson Française »

[Interview] « Les Francofolies : privilégier une grande fête de la Chanson Française »

23 mars 2014 | PAR Bastien Stisi

Du 10 au 14 juillet prochain, la ville de la Rochelle accueillera cette année encore le festival des Francofolies, plus que jamais conscient de la nécessité de valorisation de la scène française et francophone. Florence Jeux, programmatrice du festival, revient avec nous sur les enjeux et les objectifs de la 29e édition du rassemblement musical le plus célèbre de Charente-Maritime :

Est-il possible de comparer la première édition des Francofolies de 1985 et cette édition 2014 ?

Florence Jeux : Au fil du temps, le festival a forcément évolué et s’est agrandi. Mais la direction artistique et la philosophie sont restées les mêmes. L’idée est toujours de programmer et soutenir en priorité la scène française et francophone. On a toujours l’envie de programmer à la fois des artistes de renommée qui sont nos locomotives mais également de soutenir la création, les spectacles tournés vers le jeune public, ainsi que les artistes émergents.

La seule scène qui est restée la même quasiment à l’identique est la scène principale du festival, toujours au même endroit sur le parking de Saint Jean D’acre et qui accueille chaque année les plus grands artistes. Mais de nouvelles scènes ont vu le jour , nous sommes passés de 3 scènes en 1985 à 7 scènes aujourd’hui et de 25 artistes accueillis en 1985 à plus de 100 sur la prochaine édition.

L’entité Francofolies a également évolué , aujourd’hui elle ne représente plus seulement un festival mais également une activité à l’année avec Francos Educ qui couvre des interventions et des collaborations tout au long de l’année avec les publics scolaires et le chantier des Francos qui permet d’accompagner tout au long de l’année des jeunes artistes dans leur perfectionnement scénique.

Le petit clin d’oeil amusant c’est que le festival se déroulait exactement sur les mêmes dates en 1985, du 10 au 14 juillet.

Vous souvenez-vous de certains artistes de la toute première programmation des Francofolies ?

F. J. : Je n’étais pas là en 1985, les équipes ont également évolué. Mais en préparant cette année anniversaire nous nous sommes replongés dans les archives. Je sais notamment que nous avons deux artistes en commun dans cette programmation  il s’agit de Jacques Higelin pionnier du festival et grand ami de Jean Louis Foulquier, fondateur des Francofolies à qui nous rendrons hommage cette année, ainsi que Catherine Ringer programmée en 1985 avec les Rita Mitsouko qui sera sur scène cette année avec un nouveau projet, Plaza Francia.

Initialement, pourquoi le festival a-t-il posé ses valises à La Rochelle ?

F. J. : Jean-Louis Foulquier le fondateur et initiateur du festival était originaire de La Rochelle. Il disait lui même : « J’ai trois amours : La Rochelle, la Chanson et la Fête.? J’ai donc décidé de faire la Fête à La Rochelle avec le premier Festival de la Chanson Francophone… »

A priori, le public qui vient voir Christophe Maé ou Zaz n’est pas le même que celui qui vient voir FAUVE, les Casseurs Flowters ou François and the Atlas Mountain. Les Francofolies ont-elles l’ambition de se détacher de l’élitisme musical qui colle parfois à d’autres festivals d’ampleur similaire ?

F. J. : L’ouverture et la diversité musicale sont aussi importantes à nos yeux que la mixité des publics. Il est important pour nous de rester un festival populaire ouvert à tous les publics.

Les Francofolies sont cette année encore marquées par une grande divertisté des genres musicaux (rap, rock, pop, variété, chanson française, world…) Mais pour le moment, et si l’on excepte le statut un peu particulier de Stromae, on ne voit apparaître aucun artiste électro sur la grille de programmation. L’expérience l’an passé de Breakbot et Vitalic n’avait-elle pas été concluante ?

F. J. : Nous avons fait le choix en cette année anniversaire de privilégier une grande fête de la Chanson Française. Nous avons pris le parti de plutôt orienter nos invitations en ce sens en conviant les grands artistes qui ont fait ce festival et ceux qui comptent dans le paysage de la chanson française d’aujourd’hui.

Pourquoi intégrer à une programmation originellement dirigée vers des artistes exclusivement français des artistes étrangers (Archive l’an passé, Asaf Avidan cette année) ?

F. J. : Historiquement, il y a toujours eu des invitations d’artistes étrangers aux Francofolies. On se souvient dès les premières années d’artistes comme Willy Deville, Johnny Clegg, The Cardigans, Toots and the Metals pour ne citer qu’eux… on perpétue donc juste la tradition.

Quels artistes êtes-vous particulièrement fier d’avoir eu la possibilité de programmer cette année ?

F. J. : Notre fierté est notre éclectisme. C’est justement de pouvoir passer d’un concert de Christophe Maé à FAUVE en passant par Jacques Hilgelin et Bernard Lavilliers pionniers du festival, une multitude de découvertes et de jeunes artistes qui feront les grands de demain , des créations originales, des concerts acoustiques en matinale dans la Chapelle Fromentin, nos « collections particulières » au Casino, des concerts pour les enfants qui nous rendent fiers…

Y’a t-il déjà quelque chose de spécial prévu pour les 30 ans du festival, que l’on fêtera l’an prochain ?

F. J. : Oui, nous allons ouvrir le festival le 10 juillet avec une grande fête. Bernard Lavilliers pionnier du festival ouvrira cette soirée, il y a aura ensuite une grande soirée où bon nombre d’artistes viendront chanter 30 ans de chanson française, enfin Jacques Higelin clôturera cette nuit avec ses invités en rendant hommage à Jean-Louis Foulquier disparu il y a quelques mois.

La programmation de cette édition 2014 des Francofolies de La Rochelle (10-14 juillet) est à retrouver sur la page officielle du festival.

Visuel : (c) affiche du festival

Infos pratiques

Le Centquatre
Temple de Levallois
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “[Interview] « Les Francofolies : privilégier une grande fête de la Chanson Française »”

Commentaire(s)

  • je serai très heureuse de gagner des places de concert pour aller voir TAL, ma fille de 8 ans l adore je serai tres contente de pouvoir l enmener voir son idole . Merci par avance pour elle. a très bientot

    juillet 8, 2014 at 22 h 23 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture