Musique
FESTIVAL CHANTIERS D’EUROPE – Diego El Cigala – « Le bonheur d’être malheureux »

FESTIVAL CHANTIERS D’EUROPE – Diego El Cigala – « Le bonheur d’être malheureux »

29 juin 2014 | PAR Nausicaa Ferro

Pour la soirée de clôture du festival Chantiers d’Europe, le Théâtre de la Ville recevait le 28 juin Diego El Cigala, chanteur de flamenco espagnol parmi les plus populaires d’Espagne et du monde.

Peut-on raconter un voyage ? En évitant d’énumérer froidement les noms des panoramas photographiés, des restaurants testés, des balades empruntées… car qu’est-ce qu’un voyage si ce n’est une succession d’émotions ? Il n’est pas facile de raconter le souvenir d’une émotion. Pourtant le concert de Diego El Cigala n’est que cela, de l’émotion à l’état brut Une chaire de poule qui ne vous quitte pas, une envie de bouger au rythme des guitares de Diego el Morao et Dan Ben Lior, un sourire au moment des solos de contrebasse de Yelsi Heredia, un talon qui bat la chamade en suivant les percussions d’Isidro Suarez et d’ »El Cigala » lui-même. Et puis une larme qui surgit parfois, au son du piano de Jaime Calabouig « Yumito ».

Le concert de deux heures d’El Cigala devient un voyage en Andalousie, où le conteur détient une des plus belles voix qu’il ait été donné d’entendre.

« La mélancolie, c’est le bonheur d’être malheureux » disait Victor Hugo. Diego El Cigala chante cette drôle d’allégresse, enveloppée d’un profond chagrin, tout en faisant rire son public grâce à son attitude élégamment nonchalante, subtile et drôle, qui rend l’artiste d’autant plus talentueux qu’il émane de lui une véritable humilité, celle des grands artistes.

Nausicaa Ferro

© Javier Socias

Les polars à emmener dans votre valise cet été
La revue de web de la semaine
Nausicaa Ferro

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture