Electro

SCIMIA, chimpanzé électro

SCIMIA, chimpanzé électro

08 novembre 2019 | PAR Pierre-Lou Quillard

Si Charlton Heston, naufragé sur une Terre devenue la planète des singes, décidait pour passer le temps de se rendre à un concert d’électro, il découvrirait peut-être Scimia. Un visage de chimpanzé (rassurez-vous, c’est un masque !) et une veste argentée toute droit sortie d’un nanar de SF des années 80, le personnage de Scimia, « singe » en corse, est bien campé.

Photo de ©Duc Ecully

Il n’y a pas que le rock déjanté de Shaka Ponk qui va chercher nos amis primates pour les représenter dans leurs clips aux ambiances robotiques et post-apocalyptiques. Depuis que le chimpanzé Enos est devenu le premier hominidé à effectuer un vol orbital le 29 novembre 1961, le singe est devenu un animal indissociable de l’imaginaire SF. Ça tombe bien, Scimia nous invite à entrer dans son vaisseau électro d’une voix électronique rauque. Est-ce un singe, un humain ou un androïde ? L’artiste est avant tout un batteur hors-pair qui alterne passages composés d’électro mélodique et solos énergiques de batterie. Son seul but : « faire danser les humains ». Le singe, dit-il, a un lien avec la batterie. On connaît tous les petits singes de cirques qui claquent leurs cymbales. C’est un animal qui facilite l’interaction avec le public.

Seul sur scène, il a formé Scimia en 2016 et a déjà une 50 aine de concerts à son actif, dans toute la France. « J’avais tout simplement envie de faire un projet à moi, quelque chose où je puisse développer mes propres créations. […] Ça m’est venu à la suite d’un concert que j’avais vu à la Fête de l’Huma, le groupe Congopunq. Il n’y avait qu’un batteur sur scène. »

Le vaisseau de Scimia nous transporte aux confins des années 80. « 1980 » est d’ailleurs l’un de ses titres. Les influences New Wave/Synthwave sont revendiquées, avec ses sonorités de synthétiseurs analogiques (pads et clavier midi). L’esthétique colorée et rétro du jeu vidéo est aussi présente dans ses clips qui servent de toile de fond à son concert, quand ce n’est pas un décor simiesque peint façon tatouage tribal.

Son album Litte Man in à Giant World sortira le 15 November 2019. Une tournée suivra avec des dates un peu partout en France (Amiens, Reims, Nantes, Niort, Paris, Liège, Compiègne, Lyon..). En attendant, voici quelques clips pour le découvrir :

AWE :
https://www.youtube.com/watch?v=sZXtHc-bBoA

APOLLO :
APOLLO-Scimia – YouTube

1980 :
1980-Scimia – YouTube

L’agenda culturel du week-end du 9 au 11 novembre
PLAYLIST#1 FESTIVAL JAZZ AU FIL DE L’OISE
Pierre-Lou Quillard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *