Cinema
« Les Délivrés » : le combat social sur fond de musique électronique

« Les Délivrés » : le combat social sur fond de musique électronique

07 décembre 2021 | PAR Rodolphe Pete

Dans le cadre de Bar en Trans, en parallèle aux Transmusicales, les propositions artistiques ne manquent pas le soir. Mais il y a aussi des lieux et des horaires en décalé pour apprécier une programmation riche et éclectique.

Exemple le samedi au petit théâtre de la Parcheminerie, au centre de Rennes. A l’heure du déjeuner, le producteur et dj du Sud (Valence), Maxime Dangles, connu notamment par un superbe album solo en 2015 (« Résilience » sur le label Skryptom) et sa participation au groupe techno Mod3rn, proposait un live à l’occasion de la projection du documentaire « Les Délivrés ». En moins d’une heure, le réalisateur Thomas Grandremy évoque avec précision, justesse et force le quotidien des coursiers Deliveroo et leur combat pour de meilleures conditions de travail et de rémunération.

De Bordeaux à Paris en passant par Nantes, la caméra suit quelques jeunes se battant pour leurs droits. Manifestations, travail sous la pluie, exemples de rémunération, découragement, négociations, dictature du chronomètre et de l’application, reconversion, choc de la crise sanitaire : les images sont éloquentes. Et la musique de Maxime Dangles apporte une vraie dimension supplémentaire. Alternant les plages calmes et plus nerveuses, le talentueux compositeur crée une atmosphère qui permet au spectateur de rentrer encore davantage dans la narration. Nulle paraphrase ou effet trop appuyé ni mécanique, le son ne parasite en rien le récit, il confère un réalisme encore plus poignant et profond. Sur place, avec ses machines, Maxime Dangles reproduit en direct sa démarche sensible et si riche en émotions et textures.
Celles et ceux qui n’ont pas encore vu ce film doivent absolument se rattraper. Et pour connaître la palette créative de Maxime Dangles, son nouvel album, « Chanfleury » (toujours sur Skryptom), vient de sortir.

Visuel : Rodolphe Peté

Marie-Claire Blais : l’écriture vitale
« Hitchcock. La totale » : Une somme sur un réalisateur qui continue de fasciner
Rodolphe Pete

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration