Electro
[Chronique] « LOVE/KRAFT part one » : la tec new wave de The Hacker

[Chronique] « LOVE/KRAFT part one » : la tec new wave de The Hacker

21 avril 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

LOVE/KRAFT part one est, comme son nom l’indique, la première partie d’un album. The Hacker signe sous son label, Zone Music qu’il a fondé avec Gesaffelstein un EP très sombre, aux sons métalliques. Une petite bombe.

[rating=5]

LOVE KRAFT part oneThe Hacker n’a rien perdu de sa passion adolescente pour les rave party, en témoigne cet EP qui sortira le 21 avril, en attendant Kraft, en septembre. Pour Love, il offre une belle progression. On y entre par « The hacker& perspects A Thousand Time » qui se niche dans un tempo lourd et efficace très new wave, pour ensuite se faufiler dans le très sérieux « Clear MSTRD » qui vient puiser son refrain dans une dance music très 90’s.Il sait prendre l’oreille de celui qui l’écoute par le bout du lobe, en le surprenant, cassant un rythme là où on ne l’attend pas, comme dans le futuriste, aux limites de la science-fiction « Driftin MSTRD », ou avec « Parallele Universe » monte en agressivité, plus speed, encore plus glacé, c’est peut être le morceau le plus pointu de ce premier extrait.

Il se fait violent, loin de l’image parfois un peu douce du mouvement de la French Touch dans lequel il dit ne pas s’être reconnu ces dernières années. L’arrivée sur la scène techno de Gesaffelstein lui aura permis de revenir aux fondamentaux avec un son qui s’ancre dans l’imaginaire que véhicule les noms de Detroit ou Berlin.

Ce pré-album, est comme l’indique l’un de ses titre de la « Pure Energy », élégant, rempli d’humour, ce Love, en attendant le Kraft est puissant, efficace, intelligent.

Vous pourrez l’écouter jouer au Showcase le 25 avril.

Visuel : (c) pochette de  « LOVE/KRAFT part one » de The Hacker

[Critique] « Les chèvres de ma mère » grand film sur l’élevage, l’acceptation de la retraite et la transmission
[Chronique] « Hot Dreams » et cauchemars angoissés pour Timber Timbre
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture