Musique
[Live Report] Too Many Zooz et Boris Brejcha font danser les Transmusicales

[Live Report] Too Many Zooz et Boris Brejcha font danser les Transmusicales

07 décembre 2014 | PAR Enora Le Goff

Dernière soirée au parc des expo de Rennes pour les Rencontres Transmusicales, et le moins que l’on puisse dire c’est que les surprises ont été nombreuses!

1h – L’américaine Lizzo enflamme la scène du hall 8 avec son hip-hop imposant. Du haut de ses 26 ans, Lizzo est charismatique, avec son flow à la fois mélodieux et intense elle se donne entièrement, sa musique vibrante (et tellement vivante) est un mélange absolument transportant entre Shaka Ponk et le côté diva américaine de Beyoncé. Une des belles découvertes de la soirée!

1h45 – Le trio de Too Many Zooz n’a rien à envier quant il s’agit de l’ambiance, originaires de Harlem ils se sont fait une renommée dans le métro de Union Square, et ont offert aux Transmusicales un show décapant. Trompette, saxo et percussions s’accordent à merveille et produisent des rythmiques dansantes, puisant dans la soul, le funk ou encore le ska. Ambiance de fanfare à l’échelle d’un hall de festival, le public se perd dans la danse, et c’est tant mieux!

2h30 – Nouvelle référence de la scène berlinoise Boris Brejcha a illuminé le hall 9 avec sa musique qu’il qualifie lui-même de high-tech minimale. Mélange d’électro et de techno, son set est d’une aisance rythmique à couper le souffle, 1h30 de musique incisive et mélodique. Boris Brejcha est de ce genre d’artiste devant lequel on pourrait danser pendant des heures et des heures.

3h30 – The Hacker, fondateur (avec Gesaffelstein) du label Zone, jouait cette nuit pour la première fois aux Transmusicales. L’artiste mêle depuis déjà de longues années une techno pulsée à de la musique new wave, le tout dans une ambiance très sombre. Du haut des gradins le spectacle est magnifique, « Shockwave » fait vibrer à l’unisson des milliers de personnes, la lumière stroboscopique ne fait que rendre cette transe encore plus irréelle et sublime.

5h – Awesome Tapes from Africa clôture la soirée, le projet monté par l’ethnomusicologue Brian Shimkovitz donne à entendre des remix de musiques africaines, groupes phares du continent ou chanteuses inconnues, la découverte est totale pour le public!!

C’est sur cette performance que s’achève pour nous la 36e édition des Transmusicales, qui une nouvelle fois a comblé les attentes des 14 000 festivaliers journaliers!

[Critique] « Iranien » : conversation fine sur l’espace public d’un pays théocratique
« Un feu dans la nuit » d’Erin Kelly : un thriller glaçant au cœur d’une famille anglaise
Enora Le Goff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture