Classique

Un dimanche romantique à la Philharmonie

Un dimanche romantique à la Philharmonie

28 février 2019 | PAR Jean-Marie Chamouard

Le 24 février l’orchestre Pasdeloup nous invite à une ballade au cœur du romantisme allemand. Après un bref moment de musique contemporaine avec les deuxième et troisième miniatures d’Elzbieta Sikora, l’orchestre Pasdeloup interprète le concerto pour piano de Robert Schumann et la quatrième symphonie de Johannes Brahms .

L’orchestre Pasdeloup est l’un des plus anciens orchestres parisiens. Fondé en 1861 par Jules Pasdeloup, il a joué au cirque d’Hiver jusqu’en 1884 puis à partir de 1919. Son objectif était de faire connaitre le répertoire classique à un large public. Pour ce concert il fait confiance à la jeunesse : il sera dirigé pour la première fois par le chef d’orchestre allemand Christoph Altstaedt, âgé de 39 ans. Le pianiste français François Dumont âgé lui de 33 ans jouera pour la première fois comme soliste à la Philharmonie .

Ezbieta Sikora ( née le 20 10 1943 à Lviv) est une compositrice polonaise naturalisée Française et vivant à Paris depuis 1981. Ses deuxième et troisième miniatures sont jouées pour la première fois en France en présence de la compositrice. La deuxième commence par des accords dissonants puis la musique devient plus onirique, « comme des ombres ou des images rémanentes ». La troisième est un long murmure, « comme un chant de blé qui bouge au vent.

Le concerto pour piano de Schumann a été composé sur les conseils de son épouse Clara en 1845, période où le compositeur était atteint d’une rechute mélancolique. Le premier mouvement avait déjà été écrit en 1841 sous le nom de « Fantaisie pour piano et orchestre ». Le concerto a été crée le 4 Décembre 1845 par Clara Schumann puis le 1 Janvier 1846 par Clara Schumann sous la direction de Félix Mendelssohn.
C’est une musique très émouvante magnifiquement mise en valeur par le jeu ample romantique et sensible de François Dumont .Le premier mouvement réalise un mariage parfait entre le piano et l’orchestre. Les périodes fougueuses et virtuoses alternent avec les reprises mélodieuses et mélancoliques du piano. Le deuxième mouvement est une ballade sereine, un dialogue chantant entre l’orchestre et le soliste avant un troisième mouvement tout en virtuosité, puissance et majesté.

Johannes Brahms est un musicien reconnu et respecté à Vienne lorsqu’il compose sa quatrième symphonie en 1884. Dans cette œuvre il allie la tradition musicale classique et le romantisme et explore un langage musical nouveau. Christoph Altstaed nous offre un très beau moment de musique symphonique .Dans le premier mouvement, allégro volontiers tempétueux Brahms alterne des moments romantiques de grande fluidité musicale, et des moments de grande énergie rythmique. Le deuxième mouvement est superbe grâce au déploiement du chant par les cors, les bois et la marche en staccato des cordes. Le troisième mouvement débutant en fanfare développe une grande énergie et des rythmes enlevés. L’orchestration est audacieuse et moderne. Le quatrième mouvement est inspiré par la Chaconne de la cantate de JS Bach « Nach dir Herr verlanget mich ». Brahms y développe le thème emprunté à Bach en une trentaine de variations et réalise une œuvre grandiose réunissant l’inspiration du baroque et la modernité de l’orchestration.

Ce concert a été particulièrement enrichissant, offrant à l’auditeur une création contemporaine , deux chefs d’œuvre du romantisme allemand et la découverte de deux jeunes talents musicaux.

visuel : Christoph Altstaedt © Ben Ealovega

« Spatiodermie », une exposition de Thibault Duchesne à la Galerie Bubenberg
L’agenda des vernissages de la semaine du 28 février
Jean-Marie Chamouard

2 thoughts on “Un dimanche romantique à la Philharmonie”

Commentaire(s)

  • jacquin

    François Dumont est un véritable artiste à découvrir pour son toucher, la sensibilité de ses interprétations, sa discrétion. Il peut jouer tous les compositeurs en s’adapta

    mars 6, 2019 at 19 h 46 min
  • jacquin

    François Dumont est un véritable artiste à découvrir pour son toucher, la sensibilité de ses interprétations, sa discrétion. Il peut jouer tous les compositeurs en s’adaptant à leurs musiques, à leurs pensées. Il sera à Pornic (44) avec le violoniste Laurent Korcia le samedi 11 mai 2019 dans un programme autour de Ravel ainsi qu’au festival Pornic Classic les 24 et 25 octobre. Résa et renseignements 02 40 82 04 40

    mars 6, 2019 at 19 h 49 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *