Classique
Sayaka Shoji et Adam Laloum envoûtent le Potager du Roi dans un programme Brahms / Schummann (12/07/20)

Sayaka Shoji et Adam Laloum envoûtent le Potager du Roi dans un programme Brahms / Schummann (12/07/20)

13 juillet 2020 | PAR Yaël Hirsch

Ce week-end avaient lieu les 4 premiers concerts d’un Festival imaginé par le Quatuor Modigliani (lire notre interview du violoncelliste François Kieffer) pour permettre à la musique de triompher dans des conditions sanitaires sûres : en plein air, avec les distances de sécurité et sur le site somptueux du Potager du Roi. Ce dimanche 12 août, avec joie et émotion nous avons entendu au coucher du soleil le pianiste Adam Laloum et la violoniste Sayaka Shoji dans un programme de sonates de Brahms et Beethoven.

Site datant du 17e siècle, le Potager du Roi, à Versailles, est le quartier général de l’Ecole nationale supérieure du paysage. Parangon de jardins à la Françaises, ces carrés verts et uniques sont au flanc du Château, ont leur entrée propre (accès 10, rue du Maréchal Joffre, à quelques pas de la Gare RER Versailles-Château) et on les traverse en entier en passant devant le bassin magique pour entrer dans un havre de verdure, où des chaises ont été éparpillées pour respecter les mesures de sécurité, devant une scène surplombée d’une tente. Jusqu’au 2 août, plus de 20 concerts y sont prévus à 19h et 21h les samedi et dimanche.

Pour ce week-end d’ouverture, à la lumière tombante de 21h ce dimanche 12 juillet, la jauge était presque pleine pour entendre – dans un léger bruit de grillons et parfois de gravier froissé- le duo formé par la violoniste japonaise Sayaka Shoji et le pianiste français Adam Laloum. Le programme était infiniment romantique et très intense pour un public où les très jeunes étaient venus accompagner leurs parents et où les mélomanes en manque de concert live depuis des mois n’avaient pas le courage d’attendre la fin des sonates et applaudissaient à chaque morceau.

Le duo a commencé par la sonate n°1 pour violon et piano de Robert Schumann (1851) que la violoniste entame avec toute la passion demandée, équilibrée par un Adam Laloum le visage tendu vers elle, et tout en équilibre. Dans le 2e mouvement allegretto où le duo embrasse et embrase tous les contrastes, le public est saisi au coeur et applaudit à tout rompre, avant de goûter l’éclatant dernier mouvement, si plein de vie.

Après une brève sortie de scène, Sayaka Shoji et Adam Laloum reviennent pour deux sonates de Brahms : la n°2 et la n°3, écrites quasiment en simultané (1886-87) et où la violoniste semble entrer parfaitement dans son élément, avec structure et intensité. Quand les premières notes de l’allegro de la deuxième sonate retentissent, la douceur, la poésie et la caractère bucolique semblent exprimer l’essence du lieu où le concert se donne. La vivacité virtuose prend le relais avec un final qui nous re-connecte pleinement avec la douceur. Une petite pause très brève et la sonate n° 3 semble encore faire grimper la passion, d’autant mieux que si la violoniste reste à l’avant-scène, on y entend encore plus clairement le génie d’Adam Laloum. L’adagio est le moment où tous retiennent leur souffle et l’enchaînement vif et brillant des deux derniers mouvements nous emportent comme une houle, vers une émotion très pure.

Très applaudis, les deux musiciens saluent avec grâce et donnent l’impression d’avoir livré toute leur énergie à la très belle musique qu’ils viennent de nous offrir. Un magnifique concert, qui a fonctionné pour nombre d’entre nous comme un rappel à certains essentiels écartés pendant ce printemps terrible.

Les concerts reprennent donc samedi 18 juillet au Potager du roi, à 19h et 21h. Les réservations sont indispensables en ligne, à 5 euros le billet par adulte et gratuit pour les moins de 12 ans. Informations, ici. 

visuels : YH

Une playlist qui s’achève sur l’été
Imane Ayissi donne ses lettres de noblesse à la couture africaine
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *