Chanson
[Live report] Carte blanche à Camélia Jordana au Bus Palladium

[Live report] Carte blanche à Camélia Jordana au Bus Palladium

21 février 2014 | PAR Yaël Hirsch

Après Helena Noguerra, Patrick Eudeline, Julie Gayet, Fifi Chachnil, Bertrand Burgalat, Thomas de Pourquery, Chet, Marie Gillain et Marc Collin, c’est Camélia Jordana qui programmait la soirée 22:22 du 20 février au Bus Palladium. Le fil rouge était éclectique et la chanteuse, en train d’enregistrer son deuxième album, a pu se replonger dans son premier disque éponyme.

[rating=4]

Arrivés un peu tard pour entendre les premiers invités de la gagnante de la Nouvelle Star 2009, V!K!NG, nous avons suivi le son rétro des sympathiques garçons de Super Social Jeez, très alertes et prêts à faire danser les gens. Très présente et très féminine dans sa longue robe en dentelle noire, l’hôtesse de la soirée a présenté chacun comme à une boum de copains.

Quand elle est entrée sur scène, entourée par d’incroyables musiciens, elle s’est montrée très, peut-être trop honnête, nous avouant avoir perdu un peu de sa voix à chanter les paroles des potes et avoir un peu oublié les paroles des chansons de son premier album. Elle nous a servi avec émotion tous ses titres-phares, signés BabX ou Matthieu Boogaerts (sauf « non non non »). D’abord un peu juste dans son filet de voix (on ne reconnaissait presque pas les paroles de « Calamity Jane »), elle a rebondi avec une « nouvelle chanson » de BabX, en primeur du prochain album : « Jeune homme ». Et elle a fini, rugissante, sur des reprises de Janis Joplin, et un blues à cappella concluant. Une reprise parmi les potes, donc, pour celle qui a fini sa dernière tournée il y a deux ans.

La soirée s’est conclue sur un set hypnotique de Doctor Drone, 5 musiciens très éléctro et psychédéliques, dont les fans ont envahi la salle. Habillés en blanc et coiffés de cônes verts, ils nous ont surpris et envoûtés, avec notamment une apparition au chant du saxophoniste de jazz, Thomas de Pourquery.

Une bien jolie soirée, organisée avec enthousiasme par Camelia Jordana, qui a su insuffler une ambiance bon enfant à l’une de nos boites préférées du coeur de Pigalle.

Visuels : (c) Yaël Hirsch

[Chronique] « Bruxelles » : les mille et une vies de Judah Warsky
[Interview] Le fabuleux destin de Nawell Madani
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture