Non classé
Edito : 21 décembre 2012, fin du monde. Comment conjurer le déluge ?

Edito : 21 décembre 2012, fin du monde. Comment conjurer le déluge ?

20 décembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Selon le calendrier Maya, la fin du monde devrait avoir lieu incessamment sous peu. Sauf qu’on ne sait pas exactement quand. La date du 21 décembre, solstice d’hiver, est claire dans les prévisions les plus folles, mais l’heure demeure obscure. Minuit et une seconde, heure du passage ? 11h12, heure d’alignement des astres? Ne pas savoir l’heure exacte de l’apocalypse est bien fâcheux car on ne sait plus comment organiser sa « dernière journée » de vie.

Prenant au sérieux le fait que nos sociétés ne se lassent pas d’imaginer la fin du monde, et ce, même si cela serait pour la 182 ème fois selon un chiffre ultra-viral lancé par slate.fr, TouteLaCulture vous propose un dossier qui plonge dans l’actualité de cette date-butoir si proche, à laquelle peu de gens croient vraiment (sauf peut-être certains survivalistes, fins prêts, certains ayant acquis leur petit abri dans le village de Bugarach), mais avec laquelle nous aimons nous faire peur. Un peu, beaucoup, passionnément et même à la folie. Que le genre « film-catastrophe » avec tous ses tambours, ses trompettes et ses immeubles dézingués, soit noble à nos yeux et qu’on l’adule plus qu’on en rie prouve bien le sérieux avec lequel l’on considère cette question récurrente de l’apocalypse. Sur les planches aussi, les metteurs en scène semblent s’être donnés le mot en multipliant les variations sur le texte de « Fin de partie » de Samuel Beckett.

Or, dans la Bible et dans son interprétation au moyen-âge,  la fin de la partie est plutôt  joyeuse; en effet, pour les millénarismes, la période qui précède  l’apocalypse célèbre l’achèvement des projets divins et ouvre sur l’arrivée du messie. Ça n’est qu’en dehors du cadre religieux que la fin du monde est source d’angoisse. Et  la peur qu’elle suscite révèle une période de crise. Encouragée par ce bon pli du moyen-âge et galvanisée par la multiplication des  soirées et des festivités, Toute la Culture a décidé de donner une couleur positive à son dossier fin du monde. Si c’est le dernier, autant qu’il soit joyeux et léger comme une bille de champagne dans le froid de l’hiver.

Dans cette édition spéciale, vous trouverez donc à la fois toutes les techniques agréées pour vos protéger, y compris imaginer une vie sur autre planète, la nôtre venant à nous lâcher. Mais également un bel agenda des soirées pour passer une dernière journée riche, une playlist irrésistible qui devrait agir comme un talisman et, surtout, une dernière soirée  inoubliable.

A priori nous serons encore là après la fin du monde pour vous donner envie de sortir, d’apprendre mille et mille choses et de vous enivrer de culture…

Dansez bien avant l’apocalypse ! Bon solstice d’hiver.

La Rédaction.

Visuel : William Blake Cain Fleeing 1826 Royalty Free Images Cain

Desh, Akram Khan par les racines
Episode 5 de la Web-Serie de Steve Catieau, Le prolongement de moi
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *