Livres
« Otages intimes » de Jeanne Benameur : l’écriture captive

« Otages intimes » de Jeanne Benameur : l’écriture captive

23 juin 2015 | PAR Géraldine Bretault

Romancière établie et animatrice d’ateliers d’écriture, Jeanne Benameur nous revient au cœur de l’été avec un roman au titre à susurrer : Otages intimes

[rating=3]

9782330053116

Tout roman doit répondre pour l’auteure à une quête intime. Ici, nous confie-t-elle, « le questionnement était : quelle part de nous est toujours prise en otage ? ». S’appuyant sur l’histoire d’Étienne, photographe de guerre pris en otage, libéré dans les premières pages, Jeanne Benameur tisse patiemment le retour à la vie de son héros abîmé et sa lente reconstruction psychique et physique.

Le corps a toujours eu son importance, chez Benameur (comme dans son précédent roman, Profanes), et c’est bien en écoutant ses moindres ressacs intérieurs qu’Etienne va pouvoir envisager de reprendre le cours de sa vie, auprès de ses compagnons d’enfance, Enzo et Jofranka. Mais à mesure que la clarté se fait en lui, c’est le voile d’obscurité de chacun des êtres sensibles auxquels il se frotte qui se donne à voir – leur part d’otage.

Une part d’enfance enfouie, sans doute, mais aussi les compromissions ou regrets sur lesquels il a bien fallu passer pour avancer. Dans une écriture à la fois sensible et organique, l’auteure prend le temps de décortiquer ces affects tout en laissant leur part de mystère à ses personnages, comme Irène, la mère du photographe.

Quelques tics d’écriture peuvent irriter, notamment cette suppression relativement systématique de la ponctuation quand rien ne le justifie, mais la délicatesse et la justesse priment.

« L’homme qu’est son fils aujourd’hui a touché la mort, au fond de lui. Maintenant elle peut laisser tomber tous les masques qu’elle a portés pour rassurer. Il connaît la seule vérité : le pouvoir des mères est dérisoire devant la mort. » p. 59

Otages intimes, Jeanne Benameur, Actes Sud, 208 p.,18,80€ ou 13,99€ en version numérique. Sortie le 19 août 2015.

visuel : couverture du livre

 

 

« La troisième équipe » : Plenel sur l’affaire Greenpeace
« Vernon Subutex 2 » : Despentes confirme
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, traductrice et rédactrice dans le secteur culturel, collaboratrice régulière de l'ICOM, des Rencontres d'Arles, de la revue de design Etapes. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France et du Syndicat de la critique de théâtre, musique et danse, elle a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, autour des rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle officiait en tant que Docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *