Jeunesse

La revanche du clown de Sara

La revanche du clown de Sara

17 décembre 2011 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Au cirque, l’Auguste est un acteur de second plan. Il sert de faire-valoir aux autres, le public et les autres artistes se moquent de lui sur scène, il est traité en bête de foire, les animaux aussi. Las de cette vie, il libère ses amis animaux en cage et s’enfuit avec eux pour créer son propre spectacle.

Telle est peut-être l’histoire ou en tout cas une des histoires que le lecteur pourra imaginer à partir des dessins.

Sara réalise des albums particulièrement poétiques dans lesquels elle fait rêver ses lecteurs. Leur construction est un jeu avec le papier: elle en déchire des morceaux, les assemble, les colle et cela donne des petits tableaux sans nul autre pareil. Le maître mot de cet auteur est l’originalité. A partir d’une surface blanche neutre, elle fait apparaître de la vie et des couleurs. Sara nous transporte ici dans un monde qui fait rêver tous les enfants: celui du cirque, elle donne de la liberté à ce monde étroitement régi par les lois du spectacle, elle libère le clown triste de son rôle en le rendant gai et les animaux de leurs cages, elle crée une nouvelle forme de spectacle vivant, libre et bohème.

Ce très grand album à couverture semi-souple pourrait passer à première vue pour un cahier de coloriage. Il y a en effet des pages vides et de l’espace pour que l’enfant puisse exercer sa créativité et ajouter à sa guise des détails aux dessins. Pourtant, même s’il n’y a ici pas de mots, il y a bien une histoire racontée par les images, une aventure semi réaliste ce qui permet que chaque lecteur imagine quelque chose de différent.

Le but est d’éveiller l’intérêt des enfants pour le cirque à travers la figure célèbre de l’Auguste, le clown triste qui prend ici une revanche sur le personnage classiquement mélancolique qu’il est censé être. Le clown est à la base un personnage burlesque, grotesque qui parodie les actions des « vrais artistes » pour faire rire: il jongle mal, monte maladroitement à cheval, tombe…il est dans l’échec pour nous faire rire de ceux que nous rencontrons dans la vie. Il pratique l’autodérision. L’Auguste fait traditionnellement contrepoint au Pierrot, qui est le personnage gai qui se moque de l’Auguste. Ce dernier a toujours un maquillage qui lui fait le visage triste, il est condamné à avoir l’air malheureux sur scène, ce qui entraîne souvent une certaine mélancolie dans sa vie également. Cet album est tous publics, car il est autant une histoire simple à la portée des enfants qu’une réflexion sur le monde du cirque passionnante pour les adultes.

Maurice et moi d’Emmanuel Bourdier et Alejandro Buitrago
Sortie DVD : Super 8, J.J. Abrams nous avait habitué à mieux…
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *