Livres

Gallimard rachète Flammarion : un défi au numérique …

Gallimard rachète Flammarion : un défi au numérique …

06 septembre 2012 | PAR Charlotte Bonnasse

Le groupe Gallimard, devenu officiellement propriétaire des éditions Flammarion et de leurs filiales, se hisse au troisième rang des maisons d’éditions françaises, pour la modeste somme de 251 millions d’euros. Antoine Gallimard s’est exprimé dans l’Express sur les raisons de ce rachat et les grands enjeux à venir.

Dans un contexte où le monde du livre est fragilisé par l’explosion du numérique, le PDG et petit fils du fondateur des prestigieuses éditions Gallimard en appelle à une dynamique de collaboration : « il faut se renforcer dans des moments de crise, ne pas se replier sur soi », lance-t-il avec conviction. Quand on pourrait s’interroger sur la compatibilité réelle des deux maisons, lui mise sur la force de leurs complémentarités : Flammarion est « beaucoup plus près du lecteur », tandis que Gallimard se dit plus proche des auteurs. Aussi met-il la barre très haut dans l’enjeu à venir, affirmant qu’il nous faut dorénavant une « Europe culturelle », tout en précisant que « le chemin est encore long » pour y parvenir ; pour cela, la nouvelle taille de l’entreprise permettra une meilleure visibilité face à des géants mondiaux comme Apple et Google.

Les dirigeants seront amenés à repenser les structures de l’entreprise, qui tire pourtant son originalité d’un esprit centenaire. Le  grand patron, qui aime « présider au comité de lecture et réfléchir au programme de la Pléiade », se dit prêt à le faire : « Il va falloir que je fasse ma propre révolution culturelle : pour rester en vie, il faut parfois changer de modèle, se remettre en question, déléguer davantage… »

Antoine Gallimard aime les défis, mais en reste finalement à une position assez traditionnelle. Prêt à faire des concessions, il ne lâchera pas sur le plus gros morceau, et Gallimard n’est pas prêt de se faire numériser. La suite de l’histoire reste donc un vaste point d’interrogation.

Le Centre Culturel Suisse offre une carte blanche au Festival du film de Locarno (25-27 septembre 2012)
Stefano Pilati passe de YSL à Zegna
Charlotte Bonnasse

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *