Fictions

« Une vue exceptionnelle » de Jean Mattern :  Rencontre sur l’île aux Cygnes

« Une vue exceptionnelle » de Jean Mattern : Rencontre sur l’île aux Cygnes

29 août 2019 | PAR Julien Coquet

Est-on vraiment certain de son identité sexuelle ? Quel peut être le point de bascule d’une vie ? Jean Mattern livre un beau roman sur la perte de repères et le passage d’une vie à une autre.

Deux personnages, deux voix. D’un côté, Emile, chirurgien, Emile qui a fuit la ville où il a passé sa jeunesse, rêvant de vivre pleinement son homosexualité, enchaînant les coups d’un soir, refusant une vie de couple posée. Son « plan de vie était de ne pas en avoir, précisément ». De l’autre côté, David, qui écrit lui aussi à la première personne, s’adresse à l’homme qu’il aime, Emile, rencontré un dimanche sur l’île aux Cygnes à Paris. Ce fut le coup de foudre et l’une des approches de drague les plus étranges : David vantait la vue exceptionnelle qu’il possédait depuis son appartement.

Rien ne prédisposait à cet amour. David, alors à Londres, était amoureux d’une femme et rêvait de devenir le père adoptif du fils de cette femme, Simon. Mais l’ex revient et cette femme abandonne David, contraint lui aussi d’abandonner ses rêves de paternité. A Paris, dans ce magnifique appartement, le portrait de Simon est toujours présent et se rappelle constamment à David mais aussi à son compagnon Emile. En découvrant qu’il a une consultation de prévue avec Simon, Emile est bouleversé : doit-il dire à David que l’enfant qu’il a tant aimé est maintenant sur Paris, quitte à briser leur vie harmonieuse de couple ?

Jean Mattern explore minutieusement et de façon très émouvante les choix d’une vie, parfois difficiles à expliquer rationnellement. La question lancinante du « Et si… ? » revient toujours : et si David avait passé sa vie à Londres ? Et si Emile ne s’était pas rendu à l’île aux Cygnes et n’avait pas rencontré David ? Les vies bifurquent mais il est difficile de savoir quelle vie aurait été meilleure tant les deux personnages principaux sont heureux. Le retour de Simon peut-il apporter un surcroît de bonheur à David ou justement détruire le bonheur qu’Emile et David ont mis vingt-cinq ans à construire ? Un roman émouvant sur les vies que nous aurions pu vivre sans événement déclencheur.

« Je me voyais vivre à Chelsea ou Kensington avec femme et enfant, je viens de passer vingt-cinq ans avec toi dans un appartement face à la Seine. Vue plongeante sur la statue de la Liberté. Toi et ta vie d’avant, je n’y comprenais rien ou peut-être que, au fond de moi, je portais un jugement sur cette façon de vivre qui me paraissait sans cadre et sans but, avant de comprendre que tu n’avais peut-être pas fait un choix non plus. Londres ou Paris, homme ou femme, parfois je me demande si ce n’est pas cette indécision qui me donne le tournis, même si mon cher labyrinthologue affirme que ce sont une artère trop petite dans mon oreille droite et mon stress qui en sont la cause, pas mon indétermination sexuelle. Qui n’en est pas une, à vrai dire. Juste des errements. Toi, tu savais, mais as-tu choisi pour autant ? »

Une vue exceptionnelle, Jean Mattern, Sabine Wespieser éditeur, 138 pages, 16 €

« Vif-argent » : un premier film onirique et attachant de Stéphane Batut
IRIS : un show électro interstellaire
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *