Fictions
« Le maître Bonsaï », une rencontre à fleur d’écorce, par Antoine Buéno

« Le maître Bonsaï », une rencontre à fleur d’écorce, par Antoine Buéno

20 février 2014 | PAR Yaël Hirsch

L’auteur du Soupir de l’immortel (Eho, 2009) et du Petit livre bleu, analyse de la société des Schtroumpfs (Pocket, 2011) et fondateur du prix du style, se penche sur une rencontre méticuleuse. Un roman profond où le passé résonne avec une violence à la hauteur du zen du maître Bonsaï. 

[rating=4]

maître bonsaï - antoine buenoMaître Bonsi s’est retiré de » l’ordre du règne » pour se consacrer exclusivement à l’art du Bonsaï. Seul avec ses arbres, il médite et ressent presque aussi peu de choses que les petits compagnons qu’il taille selon les règles de l’art. Jusqu’au jour ou une boule d’énergie féminine : hystérique, anorexique, écologiste et très bavarde, vient troubler sa quiétude. Laconique mais tout de même humain, Maïtre Bonsi offre à la femme un petit arbre. Mieux, il lui propose de lui apprendre à s’en occuper. Si les questions de l’apprentie maîtresse Bonsaï sont souvent à côté du sujet, l’ascète commence à attendre ses visites et à revoir certaines images de son passé enseveli.

D’une écriture sobre et profonde, ménageant avec autant de maîtrise que le héros de son livre le rythme du texte et la puissance croissante des images, Antoine Buéno livre un texte à la fois terrible et plein d’espoir sur la rencontre. Un roman original, qui cache le feu du romantisme sous son écorce parfaitement travaillée d’étude minutieuse de l’art du Bonsaï. Un très beau livre.

Antoine Buéno, Le maître Bonsaï, Albin Michel, 175 p., 15 euros. Sortie le 6 mats 2014.

« Je ligature un aulne. C’est un jour ordinaire. le ligaturage est un art. l’art de faire plier les êtres. Je lie l’aulne. Je l’enlace de fil de fer. Du tronc jusqu’aux branches principales. Il faut placer le fil de fer régulièrement. En spirale. je respecte le linéament du tronc et des branches. Je respecte l’aulne. Je le serre. Il faut serrer le sujet. L’aulne. Pour le forcer à prendre la forme recherchée. C’est un jour comme un autre« . p. 39.

visuel : couverture du livre.

[Critique] « Le Crocodile du Botswanga »,Thomas Ngijol et Fabrice Eboué un ton en dessous de « Case Départ »
[Critique] « La Belle et la Bête » : Léa Seydoux et Vincent Cassel réunis par Christophe Gans pour revisiter avec un certain talent un grand classique
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture