Essais

« Parkeromane » : Eric Naulleau décrit le kaléidoscope de son obsession pour Graham Parker

« Parkeromane » : Eric Naulleau décrit le kaléidoscope de son obsession pour Graham Parker

01 novembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Les éditions Belfond rééditent en ce mois d’octobre 2015 un déclaration d’ amour du journaliste et essayiste Eric Naulleau pour le chanteur anglais de The Rumour. Parkeromane est un livre éclaté et tellement communicatif dans sa ferveur qu’il est éclatant.

[rating=3]

Graham Parker est le leader de The Rumour jusqu’au années 1980 puis one man rocker à grand succès dans les années qui suivent. Bruce Springsteen aurait dit que c’est le seul artiste pour lequel il paierait un billet de concert. Et Eric Naulleau connaît toutes ses chansons par coeur. En 2009, il demande à Philippe Manoeuvre de Rock & Folk s’il peut écrire sur la « mania » que suscite en certains  vieux loups du rock la voix, l’attitude et la discographie de Parker. Manoeuvre met un an à répondre, mais l’article finit par voir le jour, suivi d’un livre…

Exercice d’admiration qui brouille avec ferveur la courbe des temps, Parkeromane est une sorte de journal intime d’une obsession artistique. Dans une écriture bouillonnante d’énergie, Naulleau raconte non seulement les rencontres- furtives ou réelles – avec son idole, mais aussi les liens qui se nouent entre fans de haut standing. Sans aucune prétention de donner un cours ou recontextualiser la musique de Graham Parker, Naulleau parle un peu de lui mais ne perd jamais son sujet. Il livre un vrai travail de fan, qui se conclut comme il se doit : chronologiquement par les paroles des chansons qu’il préfère chez Parker et un QR code pour aller les écouter. Une ferveur qui s’étend comme une traînée de poudre, même auprès de ceux qui n’ont jamais entendu une seule chanson de Graham Parker (eh oui, ils existent!).

Eric Naulleau, Parkeromane, 220 p., réédition Belfond,  220 p., sortie le 15 octobre 2015. 16 euros.

visuel : couverture du livre

[Live report] Unknown Mortal Orchestra, Run The Jewels, Ratatat & Hudson Mohawke au Pitchfork Music Festival
Retour sur les dérapages de la « marche de la dignité » et les difficultés d’un antiracisme unifié aujourd’hui
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “« Parkeromane » : Eric Naulleau décrit le kaléidoscope de son obsession pour Graham Parker”

Commentaire(s)

  • « Journal intime d’une obsession artistique », meilleure définition à ce jour de Parkeromane. Mon salut sur vous.

    Eric Naulleau

    décembre 13, 2015 at 18 h 51 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *