Séries

Misfits, la série qui fait sensation en Angleterre…

Misfits, la série qui fait sensation en Angleterre…

16 décembre 2010 | PAR Vincent Brunelin

La saison 2 qui s’achève ce jeudi (un épisode supplémentaire spécial Noël est également programmé le 19), a réuni outre-Manche plus d’un million de téléspectateurs chaque semaine, soit le double des audiences de la première saison. Un franc succès pour la chaîne de télévision payante E4, filiale de Channel Four, et déjà diffuseur de la série Skins. D’ailleurs, une saison 3 et un remake US seraient d’ores et déjà dans les tuyaux. Retour sur cette série de qualité encore (trop) confidentielle en France…

Librement adaptée de Superminds (Misfits of Science) par Howard Overman, la série a fait son apparition sur les écrans anglais en novembre 2009. On y découvre les aventures de cinq adolescents, condamnés à des travaux d’intérêt général pour différentes bêtises qu’ils ont commises (drogue, vol, incendie…). Réunis par la force des choses, ils se trouvent confrontés à un évènement pour le moins inattendu. Un mystérieux orage qui s’abat sur eux va les contraindre à partager un sort commun : chacun se voit doté d’un super-pouvoir qui lui est propre. Simon, garçon timide, peut devenir invisible. Kelly, râleuse et forte tête, lit dans les pensées. Curtis, un sportif qui espérait une place dans l’équipe olympique pour les JO de 2012, a la capacité de remonter le temps, et Alisha, une bombe sexuelle allumeuse sur les bords, provoque un désir incontrôlable chez les personnes avec qui elle entre en contact. Seul Nathan, le héros malin et roublard de la série, semble ne pas avoir subi de changement.

En anglais, le terme misfits désigne des personnes non insérées, marginales. Paradoxalement, c’est à travers leur métamorphose que les cinq héros de fortune devront faire preuve de solidarité et de cohésion pour faire face aux difficultés qu’ils vont rencontrer. Plus que jamais livrés à eux-mêmes (on notera la quasi absence des parents, et d’adultes responsables d’une manière générale, si on excepte leur agent de probation), ils tirent profit de leurs différences et font de leur singularité une force, non pas pour lutter contre le crime comme les super-héros de comic books, mais surtout s’intégrer à une vie en communauté sans pour autant sacrifier leur liberté. Un rite de passage à l’âge adulte, et une découverte de leur propre humanité en quelque sorte. Explorant cette veine sociale, la série est d’abord et avant tout très drôle. Des dialogues ciselés qui exploitent à fond l’humour de la rue, et un langage cru délicieusement mêlé à un accent chav (caillera si on devait trouver un équivalent français), rendent les personnages encore plus attachants. Si on y ajoute une bonne dose de suspense, une musique efficace et ce dès le générique (le très dansant Echoes de The Rapture) et un casting impeccable (Nathan, alias Robert Sheehan, déjà aperçu dans la trilogie Red Riding, est absolument irrésistible dans ce rôle de bouffon moqueur mais sensible), on tient là à coup sûr une très bonne série, divertissante et intelligente à la fois. Longue vie à ces Misfits!

La série est visible en streaming sur le site de E4.

Pour se faire une petite idée, voici les trailers des saisons 1 et 2 (attention au spoiler pour celui de la saison 2…).

Concours UNPLUG IT
Henri IV retrouve sa tête
Vincent Brunelin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *