Cinema
Mort de Sergio Sollima, le réalisateur italien de Sandokan

Mort de Sergio Sollima, le réalisateur italien de Sandokan

06 juillet 2015 | PAR Hakim Akcha

Le mercredi 1er Juillet, le célèbre réalisateur italien, Sergio Sollima, décède à l’âge de 94 ans. 

 

Sergio Sollima avait commencé sa carrière dans le journalisme culturel en écrivant des critiques de cinéma. Par la suite, il se lance dans l’écriture de scénario pour quelques pièces de théâtres. Son premier scénario sera écrit, en 1951, pour le film de Luigi Comencini : Les Volets clos. C’est, cependant, dans les années 1960 que ses œuvres se font connaitre par le grand public. Notamment avec Les Amours Difficiles.

En 1966, il entame une série de western italien avec le premier opus : Colorado. Le film est une véritable réussite notamment du à la présence de certains acteurs comme Lee Van Cleef et Tomas Milian présent dans tous les westerns de Sollima. Outre l’action que présente chacun de ses films, la réalisateur envoie un véritable message à la société italienne de l’époque. En effet, chacun de ses trois westerns développent une histoire autours d’un homme pauvre issu d’une minorité et victime de persécutions et de préjugés. 

Dès que le western italien ne convient plus à l’artiste, ce dernier se lance dans le polar. Il réalise ainsi La Cité de la Violence en 1970, polar proposant une véritable réflexion politique, livrée à l’Italie tout entière. Un véritable tournant dans la carrière de Sergio Sollima qui lui vaudra un franc succès.

C’est en 1973 qu’il deviendra un réalisateur célèbre en Italie avec sa série : Sandokan. Cette série connaît un succès local phénoménal. C’est, et de loin, son oeuvre la plus appréciée des italiens. Elle lui permettra notamment de se lancer dans un nouveau genre : le film de piraterie. C’est ainsi que Le Corsaire noir naît. Après cela, il signe quelques films par-çi par-là comme le film d’action Berlin’39 de 1993. Il termine sa carrière avec une ultime aventure de Sandokan. 

Sergio Sollima lègue une oeuvre cinématographique complexe et vaste teintée de réflexion sociale, politique et philosophique.

Visuel : © Affiche de Colorado. Portrait de Sergio Sollima. Capture d’écran de Sandokan et du Corsaire noir.

Eminem x Gwen Stefani : « Kings Never Die »
Référendum grec : le pessimisme des dessinateurs en images
Hakim Akcha

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *